Rien à perdre

Share

A la suite d’un incident, une mère célibataire doit faire face aux services sociaux et aux institutions. Rien à perdre, le premier film de Delphine Deloget a connu une superbe ovation lors de sa projection à Un certain regard au Festival de Cannes 2023.

Butées

Sylvie (Virginie Efira) a deux garçons et une vie borderline. Chez elle, la porte est toujours ouverte et elle préfère passer du temps à s’occuper des uns et des autres qui la sollicitent à outrance qu’à ranger son existence. Rien de mal à ça à priori, sauf qu’une nuit où elle travaille dans un bar, la police vient la chercher. Son fils de neuf ans, brûlé au deuxième degré, est à l’hôpital. Quand ça lui est arrivé, il n’y avait aucun adulte à la maison pour s’en occuper. 

Rien à perdre de Delphine Deloget - Cine-Woman
Sylvie (Virginie Efira) et ses deux fils Jean-Jacques (Felix Lefebvre) et Sofiane (Alexis Tonetti)

Sylvie prend soin de son fils mais ne voit rien à redire à son organisation. Elle ne se sent pas non plus en danger. À tort. Un jour, les services sociaux débarquent chez elle et placent son fils dans un foyer sans autre forme de procès. Commence alors un long parcours semé d’embûches contre lequel Sylvie va devoir se battre pour tenter de le revoir.

Le pot de terre contre le pot de fer

Après un début un peu complaisant, le film prend une ampleur inattendue dès que la situation dérape – c’est-à-dire dès que les services sociaux arrivent -. La mère de famille se confronte au rouleau compresseur du pouvoir discrétionnaire des institutions et de l’administration sans avoir l’opportunité ni s’expliquer, ni se défendre. A force de vouloir le bien des enfants, d’appliquer les procédures sans vraiment mesurer ni leur fondement, ni leur impact, les services sociaux semblent agir sans chercher à comprendre, sans humanité avec un entêtement qui fait peur à voir. 

Rien à perdre de Delphine Deloget - Cine-Woman
Sylvie (Virginie Efira) et ses deux fils Jean-Jacques (Felix Lefebvre) et Sofiane (Alexis Tonetti)

Bien sûr que cette mère débordée vit en dehors des conventions sans être un vrai marginale pour autant. Elle a ses propres règles et ne veut pas rentrer dans un moule. Mais elle est humaine, attentionnée avec ses petits même si elle semble butée et pas assez à l’écoute. En tous cas, rien dans son comportement ne légitime un tel acharnement. 

Rien à perdre à être loyale

Avec habilité, ce premier film décrit un des travers de notre société, la bureaucratie à outrance et son implacable injustice malgré ses bonnes intentions. Ce fameux principe de précaution qui autorise prendre des décisions exorbitantes quand bien même la situation ne le nécessite pas. 

Rien à perdre de Delphine Deloget - Cine-Woman
Sylvie (Virginie Efira) et Jean-Jacques (Felix Lefebvre)

Accusés à tort de passer à côté de graves cas de mal traitance, les assistants sociaux semblent faire de l’excès de zèle avec une fausse attitude bienveillante qui ne peut que provoquer un excès de rage. India Hair joue cette attitude avec un talent exemplaire, elle en devient horripilante ! Virginie Efira est très bien même si on pouvait craindre l’erreur de casting – elle enchaîne tellement les rôles que l’on ne l’imagine plus en mère de famille populaire dépassée -. Le film est centré sur elle et sur sa relation à ses deux enfants, chacun dans son individualité. Et les liens qu’elles tissent avec eux sont bien plus profonds que les services sociaux ne le percevront jamais. 

De Delphine Deloget, avec Virginie Efira, India Hair, Mathieu Demy, Félix Lefebvre, Alexis Tonetti…
2023- France – 1h52

Rien à perdre de Delphine Deloget était en sélection officielle Un Certain Regard au Festival Cannes 2023.

©David Koskas/Curiosa Films
(Visité 91 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share