Love & mercy

Share

Les Beach Boys et leurs chansonnettes sucrées méritaient-ils un biopic? Oui, trois fois oui! Et ce Love & mercy qui s’attarde surtout sur Brian Wilson, chanteur et compositeur, est passionnant.

Mauvais génies

Un biopic sur les Beach Boys, ces beaux gosses, as de la chansonnette de surfers, comblés par la mer, la Californie, des vagues, des plages… La carte postale semblait idéale pour bien commencer l’été. Sauf que Love & mercy, inspiré d’un des titres que Brian Wilson,  le compositeur le plus inspiré du groupe et l’un des chanteurs, a écrit après, durant sa carrière solo, est bien plus que cela.

La vie de Brian

Le film commence dans une concession automobile où Brian Wilson, la quarantaine abimée, vient acheter une voiture. Il est reçu par Melinda, une belle blonde, pas du tout habituée du show-biz, mais qui lui plait beaucoup. Et bien qu’il soit encore une super vedette, Brian apparait comme complètement incohérent et sous le contrôle des deux hommes qui l’ont accompagné.

Love & Mercy de Bill Pohlad

Les Beach Boys au temps de leur succès

Pourtant, Brian s’attache à cette Melinda et cherche à la revoir. Elle sera sa bouée, celle qui réussira à l’extirper de l’étrange guet-apens dans lequel il est tombé. Un piège complexe qu’une construction habile va nous aider à comprendre. Elle est bâtie sur deux époques différentes, avec deux acteurs pour interpréter Brian Wilson à des âges divers, Paul Dano quand il est jeune dans les années 1960 puis John Cusack, 20 ans plus tard.

Love & mercy : de bad vibrations

Tout jeune, Brian a appris le piano à la force du poignet plutôt leste de son père. Avec ses frères et son cousin, il monte les Beach Boys dont le succès sera planétaire au début des années 1960. Mais, Brian veut voir plus loin que sa planche de surf et  d’autres ambitions artistiques… que sa famille, son père notamment, ont du mal à comprendre.

Love & mercy de Bill Pohlad

Brian Wilson (Paul Dano) au piano

Il s’attelle à la composition de Pet Sounds, album plus poétique et moins frivole, devenu culte mais qui a déstabilisé leur public américain à l’époque. Contrarié, mal compris, Brian commence aussi à montrer de signes inquiétants de maladie mentale qu’un certain Dr Landy prend en charge.

20 ans après

Vingt plus tard, toujours sous l’emprise de Landy, Brian aura l’occasion, grâce à Melinda, de commencer une nouvelle vie…

Love & mercy de Bill Pohlad

Brian Wilson (John Cusack) et Melinda (Elizabeth Banks)

Le film est donc clairement constitué de deux parties distinctes qui se nourrissent l’une et l’autre. Et c’est sa grande réussite de ce faux biopic, qui fait mieux que réhabiliter un personnage hors normes. Il raconte son histoire peu banale à travers d’une part sa jeunesse telle qu’il l’a vécue, puis la seconde partie de sa vie telle que sa future femme l’a comprise.

Sauvé par une Californian Girl

Très riche, d’une écrite vivante et qui dose savamment la partition musicale, parfaitement interprété par le quatuor Paul Dano, John Cusack, Elizabeth Banks et Paul GiamattyLove & mercy est la belle découverte de ce début d’été 2015. Une façon merveilleuse et intelligente de donner sa vraie dimension à un compositeur de pop music inspiré.

De Bill Pohlad, avec Paul Dano, John Cusack, Elizabeth Banks, Paul Giamatty… 

2014 – Etats-Unis – 2h01

© 2014 Malibu Road, LLC. All rights reserved.

(Visité 6 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share