Clip

Share

De Maja Milos

Clip n’est pas un film aimable. C’est même le genre de films, de sujets surtout qu’on aimerait bien éviter. Pas romantique pour un sou, pas émouvant non plus. Il est brutal. Et pourtant, il est nettement plus riche d’enseignements que n’importe quel reportage, témoignage sur les adolescentes aujourd’hui. Clip se passe dans une banlieue sans âme de Belgrade et suit le quotidien de Jasna, une jolie adolescente de 16 ans. Entre les cours au lycée qui l’intéressent plus ou moins et qu’elle sèche volontiers, sa bande de copines, Djole, le mec dont elle tombe follement amoureuse et sa famille qu’elle rudoie volontiers et avec qui elle ne fait pas l’effort de communiquer. Car Jasna est avant tout préoccupée par elle-même, par les fêtes à venir, les fringues à choisir pour y aller et Djole qu’elle veut séduire à tout prix. Tellement qu’elle passe le temps à se photographier et à se filmer avec son portable, sous toutes les coutures.

L’image a tout pris

les jeunes filles de Clip de Maja MilosComme le film n’est pas parfaitement réalisé, il est très facile à démolir. A tort. Il mérite amplement que l’on s’attarde sur ce qu’il montre et sur ce qu’il dit d’une génération constamment happée par l’image et qui tente de se conformer à ce qu’elle voit,  sans aucun recul.
La démarche de la réalisatrice, Maja Milos, une jeune bulgare qui signe ici son premier long métrage, est à saluer. Elle est partie des vidéos postées sur le net par les jeunes filles pour monter son projet : des petits films qui vont de soirées sauvages, de leurs longs préparatifs (le choix des fringues, les faux bons conseils des copines…),  aux sextapes ou aux plaisanteries potaches pendant les cours.
 Et c’est à partir de ce matériau qu’elle a bâti son projet, construit l’histoire de Jasna, prête à tout pour séduire Djole, sans tabou, sans auto-censure, éduquée qu’elle est à la sexualité par la pornographie du
net. Comme si le flirt, à l’époque du 2.0, n’avait plus court et qu’il fallait de suite sortir l’artillerie lourde pour que ce garçon, à peine plus âgé qu’elle, daigne la remarquer et l’aimer au moins un peu. Les émotions ne se véhiculent plus par les mots, ni par les baisers mais par une sorte d’audace sexuelle, de performance qui est plutôt choquante. Pour nous, en tout cas.

Ne pas juger

l'affiche de Clip de Maja MilosIl serait facile d’en conclure vite fait que Jasna est un peu idiote, une sorte de pauvre fille soumise à son désir et à celui de Djole, et que lui, est un mec indélicat. Ce n’est pas du tout le cas. Ce sont des adolescents moyens, ni brillants, ni stupides, qui vivent comme vit leur génération sans se poser de questions. Leurs sentiments les rattrapent et ils s’en arrangent comme ils peuvent, elle tombe amoureuse et fait tout pour qu’il la remarque, il se résoud à être séduit et devient jaloux, preuve qu’il l’aime donc au moins un peu. Leurs manières » sont rustres (normal, ils n’ont que 16 ans), peut-être pas les bonnes, mais qui peut en juger ?
Evidemment, on meurt d’envie de savoir si ces nouvelles méthodes, ces nouvelles tendances des premières amours laisseront des traces.
Sur eux, sur les générations à venir qui mettront la performance encore plus haut ou sur ceux, qui trop timides, trop inhibés, sont incapables de jouer ce jeu-là. Impossible à savoir, mais espérons que Maja Milos suivra ces personnages, comme nous suivrons ses prochains travaux.

Avec Isidora Simijonovic, Vukasin Jasnic, Sanja Mikitisin, Jovo Maksic…

2012 – Serbie – 1h42

Interdit aux moins de 16 ans avec avertissement (scènes de sexe crues)

(Visité 18 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share