Titane

Share

Avec son deuxième film, Titane, Julia Ducournau frappe tellement fort qu’elle repart du 74e Festival de Cannes avec la récompense suprême. Elle devient ainsi la seconde réalisatrice à remporter la Palme d’or. Brillant !

Un choc

Autant le dire de suite, Cine-Woman n’avait pas misé sur Titane pour rafler la Palme d’or. Le film de Julia Ducournau ne faisait pas partie de ses favoris. Mais, la nouvelle est tellement réjouissante, inattendue que Cine-Woman ne peut que féliciter la cinéaste d’avoir fait confiance à son imagination puissante, d’avoir tenu bon et finalement, totalement réussi son coup ! Bravo à elle !

Titane de Julia Ducournau - Cine-Woman

Agathe Rousselle est Alexia, l’héroïne de Titane

Tout ou à peu près a déjà été dit sur Titane. Une petite fille un peu spéciale – la séance d’ouverture est remarquable tant elle instaure déjà une tension forte – qui semble omnibulée par les voitures et les moteurs, provoque un accident. Pour la soigner, on lui greffe un morceau de titane dans le crâne, qui ne fait que renforcer sa passion pour les bolides.

Une héroïne de chair et de titane

Plus tard, son goût prononcé pour l’automobile n’a toujours pas failli. A tel point qu’elle travaille comme danseuse dans les salons spécialisées, se jouant des lignes des carrosseries les plus rutilantes. Elle est sexy, on la drague. Elle n’aime pas et tue. A tout va.

Titane de Julia Ducournau - Cine-Woman

Impressionnante pièce de titane dans le crâne d’Alexia

Bientôt recherchée pour ses multiples crimes, elle se rase la tête, change de look et quasiment de genre pour passer inaperçu. Un pompier dont le fils a disparu sans laisser de trace la recueille. Ils finissent par s’apprécier et partager bien plus qu’un toit : une filiation en tous points hors normes !

Titane, un vrai film de genre

Titane est avant tout un film de genre qui prend comme héroïne, Alexia,  une psychopathe serial killeuse. Plusieurs de ses meurtres sont d’ailleurs tout à fait gratuits – celui de son amante et de ceux qui habitent la maison par exemple- à moins d’accepter qu’elle ne supporte pas l’amour des humains, mais seulement celui des voitures (ce qui ne va pas de soi).

Titane de Julia Ducournau - Cine-Woman

Vincent Lindon (Vincent) pompier en quête de sens

Dans une seconde partie, qui devient moins esthétique, plus sensible mais surtout pas moins trash,  Alexia (Agathe Rousselle) se dissimule en changeant de genre, alors qu’elle est enceinte. L’accent est alors mis sur la relation qu’elle noue avec le pompier Vincent (joué par Vincent Lindon) et la manière dont il s’acceptent mutuellement. Sans se parler. Lui aussi est un peu dingue. Il se bombarde de stéroïdes dans de longues séquences de piqures filmées de près et croit reconnaître en Alexia son fils disparu.

Une mise en scène plus brillante que le scénario

Moins rutilante, cette partie plus psychologique et aussi bien plus fragile relève le gant dans une scène particulièrement réussie : celle de la danse des pompiers. On peut d’ailleurs saluer le talent de Julia Ducournau pour la mise en scène. C’est sa force, incontestablement. Elle reconnaît d’ailleurs peu dialoguer ses films puisqu’elle est peu habile à ce sujet. On peut aisément dire que le scénario en général n’est pas son point fort tant celui-ci est chaotique.

Titane de Julia Ducournau - Cine-Woman

La mise en scène rend brûlante l’atmosphère de Titane

Certes, Titane est un film fantastique, qui révèle l’imagination torride et prolixe de Julia Ducournau. Un poil de réalisme n’aurait pas nui, mais la réalisatrice avoue avoir rêvé d’accoucher d’une voiture. Restons dans son monde qui rend ainsi toutes les rencontres possibles, surtout celles des monstres entre eux. Alexia en est un, puisqu’elle tue à tout va et sans explications, sans mobile apparent non plus. Vincent aussi à sa manière, lui qui a été déshumanisé par la perte de son fils. Il lui fallait donc un choc en Titane pour aimer à nouveau. Quant à l’avenir d’Alexia, le film le laisse en suspend mais murmure  que la maternité la fera renouer avec sa féminité et son humanité. Bref, le message, s’il y en a un, est loin d’être aussi révolutionnaire que l’amour inconditionnel d’Alexia pour les voitures.

Titane de Julia Ducournau - Cine-Woman

Alexia (Agathe Rousselle)

Ne cherchons pas trop de fond à un film qui se veut un pur choc esthétique et émotionnel. C’est cet élan de forme, brillante, qui a été salué le jury présidé par Spike Lee. Ce geste esthétique, rutilant et précis auquel les réalisatrices sont encore trop rarement associées. Félicitations à Julia Ducournau, à son audace et à sa bande ! Qu’elle s’adjoigne un.e scénariste qui entre dans son univers manifestement très riche et son cinéma deviendra extraordinaire!

De Julia Ducournau avec Agathe Rousselle, Vincent Lindon, Garance Marinier, Bertrand Bonello…

2021 – France – 1h48

Titane de Julia Ducournau a raflé la Palme d’or au 74e Festival de Cannes, faisant de Julia Ducournau, la deuxième réalisatrice a en être sacrée depuis les débuts du festiva, et la première femme française.

Attention : Titane de Julia Ducournau est interdit aux moins de 16 ans.
(Visité 69 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share