Slalom

Share

Avec Slalom, son premier long métrage, Charlène Favier lève un tabou : celui des violences sexuelles dans le sport de haut niveau. Elle traite le sujet avec la subtilité et l’ambiguïté nécessaires. Bravo pour ce film tant attendu !

Du consentement

D’où vient de ce que d’une proximité de fait, d’une union des forces dans un défi hors du commun, les relations deviennent ambigües et finalement dérapent ? Qu’un homme intelligent, responsable et en situation de position dominante, abuse de son pouvoir et sexualise la relation qui le lie à son élève ? Se pense-t-il au dessus du consentement, du respect de la personne, des lois ?

Slalom de Charlène Favier - Cine-Woman

Fred (Jérémie Rénier) l’entraîneur et Lyz (Noée Abita) « sa protégée »

Lyz a 15 ans et de l’ambition. Les pistes de ski sont son territoire et elle les dévale à toute vitesse. Tant et tant qu’elle finit par intégrer un club de haut niveau qui devrait la hisser sur la plus haute marche des podiums. Dans cette école de la performance et du dépassement de soi, elle rencontre Fred, un ex-champion qui devient son entraîneur. Il perçoit de suite le potentiel de sa nouvelle recrue et mise sur son talent en la poussant dans ses retranchements. A force d’encouragements et de brimades, Fred parvient à hisser Lyz au top niveau. Elle s’investie à fond, physiquement, intellectuellement, affectivement… Elle a déjà presque rompu avec sa famille déjà fort peu présente.

Une mécanique implacable

Comme le décrit si justement Vanessa Springora dans son livre Le consentement,  « un père aux abonnés absents qui a laissé dans mon existence un vide insondable. Un goût prononcé -pour une passion, ndlr- une certaine précocité sexuelle et surtout un immense besoin d’être regardée, toutes les conditions étaient maintenant réunies ». Adapté à la grande passion du sport qu’est pour Lyz le ski, c’est à peu près la même mécanique qui se me et en place.

Slalom de Charlène Favier - Cine-Woman

Entre Fred (Jérémie Rénier) l’entraîneur et « sa protégée » Lyz (Noée Abita), les rapports se tendent.

Lyz en veut, Fred s’occupe d’elle. Elle est sa chouchoute, il lui consacre du temps, de l’énergie. Pour réussir, elle finit par s’installer chez lui. Il se consacre à sa championne, avec enthousiasme d’un peu puis de beaucoup trop près. A quinze ans, seule, dans un contexte de compétition difficile et contraignant, Lyz ne sait pas encore dire non. Elle apprendra dès qu’elle sera la plus forte.

Slalom, esquives et zones grises

Slalom décrit en finesse et avec précision le cheminement qui conduit Fred à franchir la ligne infranchissable. Ce n’est pas un salaud mais un ex-skieur frustré de n’avoir pas brillé autant qu’il aurait aimé. Il vit dans une sorte de procuration les succès de Lyz, il s’investit plus qu’il ne devrait. Habitué à manier la brimade et le bâton, il passe outre le respect de sa personne à elle, de son intégrité, de son consentement.

Slalom de Charlène Favier - Cine-Woman

Entre l’épuisement physique, son désir de gagner et son manque affectif, Lyz (Noée Abita) a du mal à y voir clair

Elle slalome comme elle peut entre son désir de réussir, le fait d’être l’élue, celle qui a été choisie, le vide affectif de sa vie, l’absence de sa famille et la construction fragile de sa personnalité. Elle a besoin qu’on s’intéresse à elle, n’a que peu de repères. Elle est trop jeune pour comprendre le flou qu’elle dessine malgré elle dans leurs relations.

Equipe de choc

Jamais à charge, Slalom est un premier film particulièrement réussi. Justement parce qu’il décrit avec finesse et justesse la relation entre un entraîneur et de son espoir de haut niveau, la nécessaire connivence et des relations de pouvoir qui les lient. Charlène Favier décrit à la perfection comment l’emprise se met en place. Elle est aidée par un duo d’acteurs remarquables : Noée Abita, fragile, boudeuse, fonceuse et déterminée à gagner, et par Jérémie Rénier, entraîneur aux méthodes rugueuses mais efficace. C’est un homme persuasif, attentionné aussi que le succès, venu sur le tard et grâce à d’autres, fait tourner la tête.

Slalom de Charlène Favier - Cine-Woman

Le loup et le chaperon, rouge

Mention spéciale aussi au chef op Yann Maritaud, qui, par un jeu de couleurs, parvient à créer avec peu de moyens une ambiance à la fois esthétique et pesante, oppressante qui aide à comprendre les émotions que ressent Lyz au fur et à mesure qu’évolue sa relation avec Fred. Quand de skieuse elle devient la proie d’un loup qui, pourtant, lui veut aussi du bien.

De Charlène Favier, avec Noée Abita, Jérémie Rénier, Marie Denardnaud, Muriel Combeau…
France – 2020 – 1h32

Slalom de Charlène Favier a reçu le label Cannes 2020, le prix d’Ornano Valenti au Festival du cinéma américain de Deauville.

©Milleetuneproductions
(Visité 57 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share