Promising young woman

Share

Promising young woman d’Emerald Fennell a déjoué les pronostics en s’invitant dans la short-list de l’Oscar du meilleur film et de la meilleure réalisation. C’est prometteur ! Ce premier film a finalement  remporté l’Oscar du meilleur scénario original. Et là, on se demande bien pourquoi.

La vengeance d’une femme

Promising young woman commence fort. Une belle jeune femme est échouée apparemment plus que saoule sur le canapé d’une boîte de nuit. Parmi les jeunes hommes qui la regardent et commentent son comportement, l’un d’eux propose de la raccompagner. Elle accepte. Dans le taxi, il l’invite à un dernier verre qui se transforme vite en tentative de viol. Elle se réveille tout d’un coup. Et l’on comprend donc que c’était un piège.

Cassie poursuit sa quête, barrant le soir sur un cahier épais les tâches accomplies. En parcourant le nombre de bâtons cochés, elle nous montre que cette quête dure depuis longtemps, très longtemps. Et qu’elle lui a sacrifié sa vie.

Le destin brisé d’une Promising Young Woman

Cassie avait pourtant tout pour elle. Elle était brillante, ravissante. La Promising Young Woman (la prometteuse jeune femme ndlt), c’est elle évidemment. Étudiante en médecine, elle briguait toujours les premières places. Mais une soirée qui a mal fini en a décidé autrement.

Promising young woman d'E Fennell- Cine-Woman

Carey Mulligan est Cassandra

Depuis, elle est serveuse dans un coffee shop minable. Et elle fomente sa vengeance jusqu’au jour où un ancien étudiant de sa promo la reconnaît. Le propre des revenge movies étant la qualité des twists des scénario, impossible d’en dire beaucoup plus.

La culture du viol dénoncée

Mais justement penchons un peu plus sur ce scénario. Sa première bonne idée est bien sûr de traiter de cette culture du viol pour en mesurer les dégâts et dommages sur les victimes. En cela, l’intrigue est formidable.

Promising young woman d'E Fennell- Cine-Woman

Carey Mulligan (Cassandra) et Bo Burnham (Ryan)

Dommage toutefois qu’on ne comprenne pas mieux, non pas ce qui s’est passé. C’est parfois bien de laisser à  l’imagination toute sa place. Mais pourquoi la vengeance de Cassie est si vaste ? Pourquoi s’attaque-t-elle à n’importe qui ? Si le début du film peut-être jouissif dans sa forme, dans la mise en scène, dans le jeu extraordinaire de Carey Mulligan, difficile de faire le lien avec la suite. Celle de la vengeance viscérale qui la tient et qui, là, devient définie, rationnelle, organisée et vraiment tournée vers qui de droit.

Deux films en un

En résumé, le film se décompose donc en deux parties. La première sans réel enjeu n’a pas vraiment de sens mais elle est spectaculaire, formidablement bien jouée et bien mise en scène. La seconde est plus construite, mieux justifiée mais beaucoup plus banale. Et, cela,  jusqu’à une dernière scène extrêmement punitive et d’une violence rare. Mais, peu judicieuse puisqu’elle va à l’encontre de ce qu’elle dénonce.

Promising young woman d'E Fennell- Cine-Woman

Carey Mulligan, la Cassandra de Promising Young Woman d’Emerald Fennell

Restent un sujet, une mise en scène surtout au début, l’imparfaite justification de l’action de l’héroïne qui est intéressante, les fausses pistes aussi. Et surtout l’audace de cette jeune réalisatrice et scénariste anglaise Emerald Fennell. Enfin, il y a l’incroyable jeu et métamorphose de Carey Mulligan qui aurait 100 fois mérité l’Oscar pour sa prestation.

D’Emerald Fennell, avec Carey Mulligan, Bo Burnhma, Adam Brody, Alison Brie…

2019 – Etats-Unis – 1h48

Cité cinq fois lors de la 93e cérémonie des Oscars qui s’est déroulée le 25 avril 2021 (une formidable performance pour un premier film !), Promising Young Woman d’Emerald Fennell a remporté l’Oscar du meilleur scénario original.
©2020 Focus Features, LLC /Merie Weismiller Wallace / Courtesy of Focus Features100 grands films de réalisatrices
(Visité 97 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share