Priscilla

Share

Priscilla pour Priscilla Presley avant même qu’elle ne devienne la femme d’Elvis. Voilà le propos du huitième long métrage de Sofia Coppola, un biopic mélancolique sur une jeune fille propulsée dans un rêve qui se transforme en enfer.

Cage dorée

Le cas Priscilla Presley avait tout pour plaire à Sofia Coppola. Si le film est fidèle à la réalité – il est en tout cas adapté de l’autobiographie de Priscilla Presley, Elvis et moi  il regroupe le combo parfait de son cinéma à savoir une jeune fille, l’adolescence, le rêve, l’ennui, l’amour (décevant), la célébrité et une cage, ici, particulièrement dorée. 

Priscilla de Sofia Coppola - Cine-Woman
Cailee Spaeny interprète Priscilla. Pour ce rôle, elle a obtenu la Coupe Volpi de la meilleure actrice à la Mostra de Venise 2023

Si l’histoire est vraie, elle est au départ à peine croyable. Elle le devient pourtant au fil du récit. Priscilla Beaulieu n’a pas 14 ans lorsqu’elle rencontre Elvis Presley sans le chercher. A 24 ans, il est déjà un chanteur ultra célèbre qui fait son service militaire en Allemagne et a le mal du pays. Fille d’un officier américain, Priscilla est fraîchement arrivée du Texas pour vivre avec sa famille sur la base de Wiesbaden. Elle est invitée à une soirée chez lui, il la remarque.  Il jette son dévolu sur elle et fera tout pour la revoir et qu’elle tombe dans ses bras. Pour elle, un rêve, celui de côtoyer le plus grand héros de la jeunesse du moment, devient accessible. Elle est toutefois trop jeune pour imaginer à quel point il va se refermer sur elle. 

Graceland ou l’enfer de Priscilla

Installée à Graceland alors qu’elle n’a pas encore fini le lycée, Priscilla passe ses jours et ses nuits à attendre qu’il revienne de tournées, de tournages, de ses soirées, à lire dans la presse les relations qu’il tisse avec ses partenaires de films. Il la façonne à son goût, la gâte sans jamais tenir compte de ses choix. Enfermée dans une chambre aux rideaux lourds et dans une relation très déséquilibrée, elle finit par l’épouser, le rendre père et le quitter… pour enfin vivre sa vie. 

Priscilla de Sofia Coppola - Cine-Woman
Cailee Spaeny interprète Priscilla

Plus qu’un biopic, Priscilla est un à nouveau un film sur une adolescence américaine, telle que vécue par une très jeune femme enfermée dans un rôle qui n’a rien à voir avec ce à quoi elle aspirait. Mais, comment y résister? Même ses parents si méfiants au départ finissent par accepter l’emprise à laquelle Elvis la réduit. Non pas qu’il soit violent physiquement ou sexuellement avec elle, au contraire, mais il la maintient dans une position d’attente constante, sans jamais tenir compte de ses choix, de ses goûts, de ses aspirations. Mais comment se plaindre de partager ainsi l’intimité de la star la plus adulée de la planète? Qui ne rêverait d’être à sa place ?

Priscilla de Sofia Coppola - Cine-Woman
Cailee Spaeny est Priscilla, Jacob Elordi, Elvis.

Sofia Coppola signe encore une fois l’émancipation d’une femme, happée trop jeune par un système et des conventions qui l’écrasent. Elle le fait avec une mélancolie proche de celle de Virgin Suicides, son premier film, même si cette fois-ci l’enfermement est à la fois plus plaisant mais moins lumineux, et la solitude encore plus extrême. Surtout elle réussit parfaitement à tenir son récit, en ne proposant que le point de vue de Priscilla. Elle dresse ainsi le portrait en creux d’Elvis Presley, relégué au rang de personnage secondaire. Ce qui ne l’empêche aucunement d’être dominant tant sa stature et ses dix ans de plus lui offrent un rapport de force favorable qu’il utilise à ses fins.

Priscilla, une héroïne profondément moderne

Et c’est sans doute dans cet inversement inattendu du point de vue, qui fait du simple faire valoir le sujet même du film que Sofia Coppola est la plus pertinente. Cela lui permet de dévoiler un autre personnage, l’Elvis intime – on ne perçoit quasiment jamais l’autre- , de raconter son histoire sans utiliser sa musique tout en restant fidèle à l’oeuvre qu’elle se construit à travers des personnages de femmes, souvent jeunes, propulsés dans un monde qui n’est pas construit pour elles et où elles tentent de se débattre comme elles le peuvent. Et c’est en ça que Sofia Coppola est iconoclaste et moderne. Résolument.

De Sofia Coppola, avec Cailee Spaeny, Jacob Elordi…
2023 – Etats-Unis, Italie – 1h53

Cailee Spaeny a reçu la coupe Volpi de la meilleure actrice à la Mostra de Venise 2023 pour son interprétation de Priscilla. Et c’est mérité.

©Philippe Le Sourd/Sabrina Lantos

(Visité 54 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share