Armand 

Share

Une dispute entre deux enfants de six ans met le feu au poudre d’une école et de leur famille respective. Armand, le premier film de Halfdan Ullmann Tondell, sélectionné à Un Certain Regard, séduit… jusqu’au moment où il ne sait plus comment finir. Il a pourtant obtenu la Caméra d’or 2024.

Boule de neige

L’argument semble mineur : une mère est convoquée par l’école de son fils à la demande de parents d’un de ses camarades. Elisabeth est une star. Elle est un peu rock, un peu borderline avec ses talons qui résonnent, ses mains et ses oreilles un peu trop baguées. L’équipe qui la convoque ne semble pas très à l’aise à l’idée de la recevoir. Quant aux parents qui se sont plaints, eux semblent inflexibles et droits dans leur botte. Elle arrive en retard évidemment, ne sait rien de ce qui l’amène ici et tombe des nues en entendant la raison invoquée. Elle s’en défend. Ce postulat est le début d’une longue confrontation évidemment riche en révélations entre les deux familles, l’équipe pédagogique et leur histoire respective.

Armand de Halfdan Ullmann Tondell - Cine-Woman
Elisabeth (Reinate Reinsve) face aux représentants de l’école

On ne verra jamais les deux enfants. Et pourtant, on ne quittera qu’à peine l’école. Dans ce quasi huis clos sous haute tension, vont se révéler de vieilles rancœurs mal digérées entre familles et amies, telles que le cinéma scandinave en raffole. Et dans la grande tradition de celui-ci, Halfdan Ullmann Tondell, petit-fils de Liv Ullmann, coche avec brio tous les impératifs du genre. Ses acteurs sont formidables. En particulier Reinate Reinsve (Elisabeth), prix d’interprétation pour Julie en 12 chapitres de Joachim Trier en 2022, qui livre encore une fois une prestation parfaite. Elle parvient même à maitriser jusqu’au bout – et la scène est très longue – un fou rire irrépressible qui serait devenu communicatif, si l’on n’avait pas anticipé qu’il finirait mal. Les autres comédiens ont des partitions moins spectaculaires mais ils lui donnent le change sans problème ni retenue. 

Un début tonitruant

La première heure du film est aussi inconfortable que formidable tellement elle est bien maîtrisée. En tant que spectateur, on oscille entre l’agacement quand Elisabeth en fait trop et l’étonnement quand elle balance quelques vérités bien senties. Le jeu du couple accusateur ne serait pas complètement dénué d’une volonté de lui nuire ? Au fur et à mesure que les relations et les comptes à régler des uns avec les autres se révèlent, quand on commence à y voir plus clair, on est soudainement dérouté par quelques zones d’ombre à peine esquissés qui interviennent pourtant dans ce qui n’était qu’une bagarre entre deux enfants de six ans. 

Armand de Halfdan Ullmann Tondell - Cine-Woman
Confrontation parents- représentants de l’institution

Mais, au bout d’un moment, et une fois passée chaque dossier sur chaque personnage, on comprend aisément que Halfdan Ullmann Tondell ne sait pas trop comment se sortir de l’ornière qu’il a lui-même creuser et donc comment finir. Le film bascule alors d’une sorte d’allégorie illustrée par des scènes de danse dont on saisit mal au début si elles sont volontaires ou pas. Quand elles le deviennent, elles n’apportent aucun sens à la poursuite de la narration déjà complexe, ni de poésie à cette altercation familiale et scolaire. C’est dommage ! En s’arrêtant avant, en interrompant le récit aux révélations et pourquoi à une réconciliation, Armand -prénom d’un des deux enfants – aurait été un premier film d’une maitrise exceptionnelle. Ses longueurs et ses défauts ne l’ont toutefois pas empêché de remporter la Caméra d’or, soit le prix du meilleur premier film toutes sélections confondus. Même sans cette récompense, on savait déjà qu’on reverrait Halfdan Ullmann Tondell derrière une caméra. 

De Halfdan Ullmann Tondell avec Reinate Reinsve, Ellen Dorrit Petersen, Øystein Roger, Endre Hellestveit…
2024 – Norvège/Pays-Suède/Allemagne – 1h57

Armand de Halfdan Ullmann Tondell était présenté dans la sélection Un Certain Regard au 77e Festival de Cannes. Il a reçu la Caméra d’or de Cannes 2024. Sa sortie française

(Visité 1 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share