Sexisme sur Ecrans

Share

Les écrans de TV ou de cinéma réservent une portion congrue aux femmes, 20% dans le meilleur des cas. Le collectif Sexisme sur Ecrans a écrit aux Ministres concernées pour leur demander de faire respecter la loi. Enfin.

Les femmes, le sexisme et les écrans

Le phénomène n’est pas nouveau. Mais, la présentation des chiffres, à l’occasion du 8 mars 2017,  par le CNC (Centre National du Cinéma et de l’Image animée), par le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) l’ont enfin quantifiés : environ 20% des longs métrages sont réalisés par des femmes chaque année pour un salaire horaire inférieur de plus de 40% à celui des hommes. La proportion est à peu près la même pour les fictions télévisées.

Sexisme sur Ecrans - Cine-Woman

Dorothy Arzner

Ensuite, la diffusion des films reste un parcours d’obstacles. Les salles de cinéma en France ont distribué 22,3% de longs métrages réalisées par des femmes entre 2011 et 2013. Quand les 5 chaînes de la TV publique n’en ont diffusé que 4% par an entre 2013 et 2015. Et inutile de compter sur les festivals sauf quand ils sont spécialisés comme celui de Créteil ou volontaire comme celui des Arcs pour avoir a minima une sélection à parité.

Le cas de la Cinémathèque

La polémique a toutefois pris une ampleur sans équivalent, en ce mois de mars 2017. Le site Le genre et l’écran s’est révolté de la présentation dénigrante, misogyne, faite dans le document de la Cinémathèque Française, de la seule rétrospective de l’année concernant une réalisatrice : celle de Dorothy Arzner.

Du coup, une journaliste de Buzzfeed s’est penchée sur la programmation de la Cinémathèque et y a découvert la faible (pour ne pas l’indigente) représentation des femmes dans ce temple de la cinéphilie connue dans le monde entier. Ce qu’avait déjà soulevé Cine-Woman en interviewant le directeur de sa programmation, Jean-François Rauger début 2016. Repris par Libération, l’article a ensuite été partagé sur les réseaux sociaux et a suscité un déferlement de propos sexistes odieux de la part de nombreux critiques de cinéma. Comme quoi le sexisme est, dans le cinéma,  largement partagé.

Et comme si cela ne suffisait pas, la prochaine exposition organisé par la Cinémathèque consacrée à l’enfance au cinéma, Mômes & Cie, ne s’accompagne d’aucun film réalisé par une femme et n’en convie qu’une seule, Céline Sciamma, à une table ronde.

La lettre aux Ministres

Un collectif Sexisme sur Ecrans s’est spontanément constitué pour le dénoncer et a adressé une lettre aux Ministres concernées : la Ministre de la Culture qui subventionne largement ces institutions, la Ministre des Droits des Femmes et la Ministre de l’Education. La voilà reproduite in extenso. Il suffit de cliquer sur Madame la Ministre

Les signataires

La lettre de Sexisme sur Ecrans a été signée par les associations et organismes suivants  :

  • AAFA – Actrices et Acteurs de France Associés
  • A.E.M.F. Association Entraide et Mouvement des Femmes
  • Adéquations
  • Association Femmes Monde
  • Bobines féministes
  • La Barbe – collectif
  • Causette
  • Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir
  • Les Chiennes de garde
  • Centre Evolutif Lilith – Marseille
  • Cine-Woman
  • Centre Hubertine Auclert
  • Collectif National des Droits des Femmes
  • Conseil Européen des Fédérations WIZO
  • Coordination pour le Lobby Européen des Femmes
  • Entraide et mouvement des femmes
  • EWA – European Women’s Audiovisual
  • Fédération Nationale Solidarité Femmes
  • Féminisme et géopolitique
  • Femmes en Résistance
  • Festival International des Films de Femmes de Créteil
  • Le Genre et l’écran
  • Libres Mariannes
  • La ligue internationale des droits des femmes
  • Osez le féminisme !
  • Le réseau Ruptures
  • SOS-sexisme
  • Women In Film France
(Visité 717 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share