Palmarès – Cannes 2016

Share

Le Palmarès du 69e Festival de Cannes est tombé, dimanche 22 mai au soir… sans honorer les femmes attendues. Encore un raté!

De l’art d’éviter les femmes

C’est à désespérer ! Longtemps, il y a eu de quoi râler pour parvenir à une relative représentation des femmes dans la sélection cannoise, autant le message semble commencé à être reçu. On est encore loin de la parité entre cinéastes homme et femme, puisque seulement trois réalisatrices – Andrea Arnold, Nicole Garcia et Maren Ade – avaient cette année les honneurs de la Compétition Officielle, mais certaines semblaient majeures – inattendues et majeures.

American Honey d'Andrea Arnold au Palmarès

American Honey d’Andrea Arnold

Et, à défaut, de très beaux rôles de femme ont été défendus par des actrices et des réalisateurs. La moins attendue, Andrea Arnold, figure au palmarès aux côtés d’une Caméra d’Or coup de coeur, remise à Divines de Houda Benyamina mais par un jury différent.

Des femmes en puissance pour un palmarès alternatif

À côté de quoi, ce jury dirigé par le surestimé George Miller – son dernier film Mad Max Fury Road est une abomination sexiste – est-il donc passé ?

Toni Erdmann de Maren Ade, pas au palmarès

Sandra Hüller (Inès) et peter Simonischek (Winfried/Toni) dans Toni Erdmann de Maren Ade

A côté du merveilleux Toni Erdmann de la réalisatrice allemande Maren Ade, qui met en scène dans une histoire irrévérencieuse et touchante, un père original en manque d’amour de sa fille, une businesswoman ambitieuse. Le duo est merveilleux, le film plein d’audace et l’acteur Peter Simonischek, qui joue le père,  exceptionnel.

Aquarius de Kleber Mendonça Filho, pas au palmarès

Sonia Braga dans Aquarius de Kleber Mendonça Filho

A côté aussi, du très subtil Aquarius du brésilien Kleber Mendonça Filho que l’actrice Sonia Braga porte sur ses épaules avec une grâce et une dignité magnifiques. On comprend mal là encore sur le prix d’interprétation féminine lui ait échappé.

Isabelle Huppert et Arthur Mazet dans Elle de Paul Verhoeven

Isabelle Huppert et Arthur Mazet dans Elle de Paul Verhoeven

A côté de la sulfureuse Isabelle Huppert qui revendique avec Paul Verhoeven dans Elle, le droit à une sexualité dérangeante, différente, rarement mise en scène et avec autant d’élégance.

Bacalaureat de Cristian Mungiu au Palmarès

Adian Titieni (Romeo) et Maria Dragus (Eliza) dans Bacalaureat de Cristian Mungiu, prix de la mise en scène 2016 ex-aequo

Le film le plus à sa place dans ce palmarès est sans doute Bacalaureat de Cristian Mungiu dont le scénario analyse les rouages infernaux de la corruption en Roumanie est un modèle du genre, dans un film toutefois moins bouleversant et moins dramatique que 4 mois, 3 semaines et 2 jours qui avait eu la Palme d’or en 2007.

Personal Shopper d'Olivier Assayas, prix de la mise en scène ex-aequo du Palmarès 2016

Kristen Stewart dans Personal Shopper d’Olivier Assayas, prix de la mise en scène 2016 ex-aequo

Mais, c’est sa mise en scène (!) qui a été récompensée, ex-aequo avec Personal shopper d’Olivier Assayas, avec la brillante Kristen Stewart.

Des habitués du palmarès

Même demi-enthousiasme concernant Le client de Asghar Farhadi, invité tardif de la compétition et qui repart avec deux prix (c’est beaucoup). Celui du scénario qui salue l’aptitude inhabituelle d’un cinéaste/scénariste/dialoguiste à imaginer une histoire complexe, riche en rebondissements, à partir d’un fait banal du quotidien banal (ici, un déménagement).

Le client d'Asghar Farhadi, deux fois au palmarès

Shahab Hosseini (Emad) dans Le client d’Asghar Farhadi, prix d’interprétation masculine et prix du scénario 2016

Il met ici en place la même mécanique que celle d’Une séparation, Ours d’Or à Berlin en 2011 et succès public du cinéma d’auteur en France avec plus de 900 000 entrées, mais qui traitait d’un sujet plus grave : le divorce. Farhadi a déjà été primé à Cannes, en 2013, pour Le passé, à la mécanique scénaristique moins brillante, pour lequel Bérénice Bejo a reçu le prix d’interprétation féminine. En 2016, c’est l’acteur qui est primé : Shahab Hosseini, qui jouait aussi dans Une séparation. On tourne en rond.

Moi,Daniel Blake de Ken Loach, Palme d'or palmarès 2016

Moi,Daniel Blake de Ken Loach, Palme d’or 2016

Pour le reste, le palmarès – le prix audacieux à un Ken Loach (79 ans) déjà sacré en 2006 pour Le vent se lève, un de ses films les plus bancals, le prix de l’émotion à Xavier Dolan, pour Juste la fin du monde, un de ses films les plus mineurs, ou le prix d’interprétation à Jaclyn Jose dans Ma’ Rosa réalisé par Brillante Mendoza, laisse perplexe.

Ma'Rosa de Brillante Mendoza, au palmarès 2016

Jaclyn Rose dans Ma’Rosa de Brillante Mendoza, prix d’interprétation féminine 2016

Le palmarès de la Compétition officielle

Longs métrages

  • Palme d’or I, Daniel Blake réalisé par Ken Loach
  • Grand Prix  Juste la fin du monde réalisé par Xavier Dolan
  • Prix de la mise en scène Ex-Aequo  Cristian Mungiu pour Bacalaureat et Olivier Assayas pour Personal Shopper
  • Prix du scénario Asghar Farhadi pour Le Client
  • Prix du Jury American Honey réalisé par Andrea ARNOLD
  • Prix d’interprétation féminine Jaclyn Jose dans Ma’ Rosa réalisé par Brillante Mendoza
  • Prix d’interprétation masculine Shahab Hosseini dans Le Client réalisé par Asghar Farhadi

Courts-métrages

  • Palme d’or  Timecode réalisé par Juanjo Gimenez
  • Mention spéciale du Jury A moça que dançou com o diabo (La Jeune fille qui dansait avec le diable) réalisé par João Paulo Miranda Maria
Divines de Houda Benyamina au palmarès 2016

Oulaya Amamra (Dounia) et Déborah Lukumuena (Maimouna) dans Divines de Houda Benyamina

Caméra d’Or Divines réalisé par Houda Benyamina présenté dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs

Le Prix Vulcain de l’artiste-technicien (CST) Seong-Hie Ryu pour la direction artistique de Mademoiselle réalisé par Park Chan-Wook.

(Visité 52 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share