Mal de pierres

Share

Dans Mal de pierres, le huitième long métrage de Nicole Garcia, une femme se consume de désir pour l’Amour. Marion Cotillard, extraordinaire, lui donne une âme.

L’Amour, la chose principale

Gabrielle a mal. Aux reins, au cœur. Et ça la rend folle. Sa mère décrète d’ailleurs qu’elle a souvent ses nerfs et lui trouve un époux. En espérant ainsi la calmer.

Mal de pierres

Marion Cotillard (Gabrielle) et Alex Brendemühl (José)

Mais le mal de Gabrielle est si profond. Seuls l’amour, la passion forte, définitive, charnelle pourront avoir raison de ses douleurs, de ses tourments. C’est « la chose principale », comme elle l’appelle. Elle se marie pourtant. A José, un maçon discret, dévoué, patient qu’elle n’a pas choisi et qu’elle dit ne pas aimer.

Mal de pierres et mal d’aimer

Pour soigner ses coliques, on conseille à Gabrielle de faire une cure en Suisse. Elle s’y résout et rencontre un militaire de retour d’Indochine, très abîmé par la guerre. Elle en tombe immédiatement amoureuse.

Mal de pierres

Louis Garrel (Adrien) et Marion Cotillard (Gabrielle)

De retour chez elle, Gabrielle se consume en attendant qu’Adrien Sauvage lui donne des nouvelles. La vie continue, vide, plate. Gabrielle élève son fils dans le souvenir de l’être aimé.

Une force vitale

La passion pour l’amour subjugue Gabrielle totalement, éperdument, de manière irraisonnée sans qu’elle n’y puisse rien. Ses brûlures viscérales sont superbement filmées par une Nicole Garcia très inspirée. Très inspirée par un roman, celui de l’italienne Milena Agus, au point d’avoir eu envie de l’adapter au cinéma.

Mal de pierres

Alex Brendemühl (José) et Marion Cotillard (Gabrielle)

Très inspirée par ce destin de femme, elle qui s’est longtemps revendiquée comme une cinéaste conquise par la fragilité des hommes et qui refuse d’être cataloguée comme réalisatrice au féminin.

Marion Cotillard au climax de son talent 

Très inspirée par son actrice, surtout. Marion Cotillard se donne à fond, sans retenue mais sans impudeur. Elle est littéralement habitée par son personnage, ne la brusquant d’aucune folie, seulement d’un feu inassouvi qui la consume, d’une sensualité qui l’envahit.

Mal de pierres

Marion Cotillard (Gabrielle)

Alors que son art était encore balbutiant quand elle a reçu son Oscar -plusieurs scènes de La môme sont approximatives- Marion Cotillard fait désormais la preuve d’une maîtrise exceptionnelle, dans des registres si variés, dans des rôles très différents. Il suffit d’aller la voir dans Juste la fin du monde de Xavier Dolan, encore en salle, pour s’en convaincre immédiatement. En attendant de la retrouver aux côtés de Brad Pitt dans Alliés de Robert Zemeckis, en salle le 23 novembre 2016.

De Nicole Garcia avec Mario Cotillard, Louis Garrel, Brigitte Rouan, Alex Brendemühl…

2016 – France – 2h

Mal de pierres de Nicole Garcia était en compétition officielle au Festival de Cannes 2016

(Visité 25 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share