Les Lumières 2015

Share

Sacré Timbuktu !

Timbuktu et son réalisateur Abderrahmane Sissako, tous les deux primés, sortent grands vainqueurs de cette 20e édition de l’Académie des Lumières. Une vraie reconnaissance pour ce film magnifique, d’une criante et cruelle actualité et très injustement écarté du palmarès de Cannes 2014.

Un palmarès cohérent

La cérémonie de remise des prix s’est déroulée le lundi 2 février 2015, à l’Espace Cardin, a couronné, une fois de plus, le choix des correspondants de la presse étrangère en poste à Paris. Un palmarès une fois de plus très pertinent, à découvrir ci-dessous. 

Ont donc obtenu le trophée du : 

MEILLEUR FILM
Timbuktu d’Abderrahmane Sissako

MEILLEUR REALISATEUR
Abderrahmane Sissako pour Timbuktu 

MEILLEUR SCENARIO
Philippe de Chauveron, Guy Laurent pour Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu? de Philippe de Chauveron

MEILLEURE ACTRICE
Karin Viard dans La Famille Bélier d’Eric Lartigau et Lulu, femme nue de Solveig Anspach

MEILLEUR ACTEUR
Gaspard Ulliel dans Saint Laurent de Bertrand Bonello

MEILLEURE REVELATION FEMININE
Louane Emera dans La Famille Bélier d’Eric Lartigau

MEILLEUR REVELATION MASCULINE
Kevin Azaïs dans Les Combattants de Thomas Cailley

PRIX HEIKE HURST DU MEILLEUR PREMIER FILM
Les Combattants
de Thomas Cailley

MEILLEUR FILM FRANCOPHONE 
Deux jours, une nuit
de Jean-Pierre Dardenne, Luc Dardenne, Belgique-France-Italie

PRIX SPECIAL DE L’ACADEMIE
Bande de filles
de Céline Sciamma

PRIX TECHNIQUE CST DE LA MEILLEURE PHOTO
Remy Chevrin (AFC) pour A la vie de Jean-Jacques Zilbermann

Les prix Lumière 2015

Etaient notamment présents à la cérémonie : Claudia Cardinale, Sylvie Pilat, productrice de Timbuktu, Carole Laure, Yamina Benguigui, Jeanne Balibar, Salomé Stevenin, Pascal Greggory, Jean-Pierre Mocky, Samuel le Bihan, Helena Noguera, Charlelie Couture, Catherine Jacob, Victoria Abri et la plupart des lauréats. 

Un rendez-vous incontournable du cinéma français

Ces prix, imaginés conjointement par Daniel Toscan du Plantier, incontournable producteur et ayant occupé à peu près tous les postes institutionnels du cinéma français, de la présidence du CNC à celle d’Unifrance, et Edward Behr, journaliste britannique, ancien rédacteur en chef culturel de l’édition internationale de Newsweek, ont perduré et honoré la plupart des films importants du cinéma français de ses 20 dernières années.

Ont notamment été sacrés meilleur film français : La Haine de Mathieu Kassovitz en 1996, Le fabuleux destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet en 2002, Les Choristes de Christophe Barratier en 2005, De battre mon coeur s’est arrêté de Jacques Audiard en 2006, The Artist de Michel Hazanavicius en 2012, Amour de Michael Haneke en 2013…

Les Lumières qui organisent aussi depuis 3 ans, des Rencontres Francophones, se poursuivent au Ciné 7 à Elancourt. Cette année et en partenariat avec l’Institut International de l’Image et de Son (3IS), elles rendent hommage à la cinématographie marocaine.

© Gilles Petipas pour l’Academie des Lumières

(Visité 4 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share