Woman

Share

Cinq ans après Human, Yann Arthus-Bertrand recentre son propos sur les femmes. Avec Woman, il leur donne la parole, les écoute et confie même la caméra à une équipe entièrement féminine. Formidable!

Etre une femme en 2020

« Personne ne nous écoute, on nous réduit au silence », interpelle une des interviewées du documentaire Woman. Et c’est justement pour leur donner la parole que Yann Arthus-Bertrand a choisi de s’effacer derrière sa co-réalisatrice, Anastasia Mikova, la journaliste qui travaille avec lui depuis dix ans, et une équipe entièrement féminine.

Woman d'Anastasia Mikova et Yann Arthus-Bertrand - Cine-Woman

Deux femmes au sommet

Ce projet est né lors du tournage de Human, leur film précédent, deux ans avant le mouvement #metoo. En écoutant tous ces humains se confier, l’équipe perçoit que les femmes ne portent pas la même parole que les hommes. L’idée sera donc de n’écouter que cette voix que l’on n’entend jamais. Que ces femmes racontent enfin ce qu’elles vivent et subissent et qui est si souvent tu.

Parce qu’elles sont nées filles

Le principe est le même que pour Human. 2000 femmes de 53 pays s’installent devant une caméra et dans un décor noir, favorable à la confidence et à l’introspection. Elles sont là pour parler d’elles et de leur vie, de leurs expériences pendant une à deux heures, à visage découvert. Les mêmes questions sont posées à toutes, dans leur langue maternelle. Neuf thèmes ont été retenus dont l’identité, le corps et ses tabous, la politique, le mariage, la maternité, la violence, la sexualité, l’émancipation… La centaine de témoignages du montage final parvient alors à définir ce que cela signifie être une femme aujourd’hui, explique Anastasia Mikova tout en révélant l’incroyable résilience de la plupart d’entre elles.

Woman d'Anastasia Mikova et Yann Arthus-Bertrand - Cine-Woman

Des africaines brandissent haut leur diplôme, symbole de leur émancipation

Cette succession de témoignages, la plupart très forts, est passionnante et émouvante. Enfin… on a sous les yeux ce que la moitié de l’humanité endure du simple fait d’être née fille. La variété des visages, des sourires, des expériences dresse un portrait composite magnifique auquel il est aisé de s’identifier ou à défaut de s’intéresser.

Woman ou une course d’obstacles

Ces prises de parole sont entrecoupées de scènes plus maladroites, évocatrices du soi-disant éternel féminin. Il y a notamment cette séance photo de Peter Lindbergh qui montre des corps vieillis et malades. Ces séquences, certes discutables, sont plus à prendre comme des respirations que comme des représentations, même si leur intérêt reste mineur.

Woman d'Anastasia Mikova et Yann Arthus-Bertrand - Cine-Woman

Le rugby, un sport de filles

« Etre une femme, cela signifie franchir des obstacles plus nombreux que si on nait garçon » reconnaît une autre interviewée. Ce qui pourtant n’entrave ni leur force intérieure, ni leur capacité à changer le monde. « Woman, c’est la chose la plus importe que j’ai faite », reconnaît Yann Arthus-Bertrand. Selon Cine-Woman, c’est un témoignage bienvenu et indispensable.

Documentaire d’Anastasia Mikova et Yann Arthus-Bertrand

2019- France – 1h48

Woman d’Anastasia Mikova et Yann Arthus-Bertrand est sorti le 8 mars 2020 simultanément dans une trentaine de pays. Il ressort en France le 22 juin 2020 à la faveur des réouvertures des cinémas. Un livre, une exposition et un making-of qui reprend toutes les données chiffrées au sujet des femmes dans le monde devaient aussi accompagner sa sortie.

©Hope-Production-–Emmanuel Cappellin – Emilie Aujé – Dimitri Vershinin
(Visité 71 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share