L’avenir

Share

Quand le futur s’invite au cœur d’une relation du passé qu’on croyait stable, voire éternelle, cela donne L’avenir, le très beau film de Mia Hansen-Love, porté avec vigueur par une Isabelle Huppert inoxydable et sacré de l’Ours d’Argent à la Berlinale 2016

L’avenir ou l’épreuve de la liberté

C’est incroyable ce qu’Isabelle Huppert peut imprimer à un film. Il faut dire que dans L’avenir de Mia Hansen-Love, elle est de tous les plans. Mais quand même. Sa furtivité, son énergie, sa manière de bouger de se tenir, de saccader les phrases sans affect apparent, ses hausses de ton donnent immédiatement un ton original, particulier au film.

Isabelle Huppert et Edith Scob dans L'Avenir

Isabelle Huppert et Edith Scob

Nathalie, son personnage, semble pourtant bien ancrée dans sa vie. Prof de philo qui se délecte de son métier, grande lectrice qui aborde le monde de ses yeux d’intellectuelle parisienne, Nathalie donc va, pour la première fois depuis longtemps, se remettre en cause. Peut-être.

L’avenir : droit devant ? 

Alors que sa mère vieillit mal, que ses enfants quittent le nid, son mari lui annonce qu’il part vivre avec une autre femme. « Moi qui croyais que tu m’aimerais toute ta vie », lâche-t-elle en réaction, reprenant presque aussitôt ce mouvement martelé qui rythme le film. Est-elle détruite? On n’en saura rien puisqu’elle ne manifeste pas ses affects. Sans émotion apparente, elle continue sa route avec une nouvelle donnée : elle dispose tout d’un coup d’une liberté entière, totale. Que va-t-elle donc en faire?

Isabelle Huppert dans L'Avenir

Isabelle Huppert

D’abord, elle assure. Comme toujours, fonçant droit devant, incapable d’immobilisme. Puis, elle vacille mollement, le temps de prendre conscience que son passé ne doit pas la rattraper et finalement elle poursuit sa marche, son mouvement vers l’avenir, la seule direction qui vaille, pour elle.

La relève du cinéma français

Filmée comme une chronique de la vie qui passe avec ses bonheurs et ses coups du sort, L’avenir signe un superbe portait d’une femme d’aujourd’hui, à la fois actrice et victime de son époque, une femme qui trace à sa route assumant à sa façon tous ses rôles, de fille, de mère, de prof, de grand-mère, d’intellectuel en oubliant pourtant une partie d’elle-même.

Isabelle Huppert dans L'Avenir

Isabelle Huppert

Une fois de plus, Mia Hansen-Love impose son talent dans l’héritage de la Nouvelle Vague, dans ce cinéma parisien, intellectuel où ces personnages sont plus en prise avec eux-mêmes qu’avec les autres et qu’elle renouvelle avec finesse, en l’animant d’une lumière inédite: celle de son point de vue de jeune femme déjà mature, pour qui l’engagement intellectuel et politique garde un sens au moins rhétorique.

De Mia Hansen-Love avec Isabelle Huppert, André Marcon, Edith Scob, Romain Kolinka…

2015 – France/Allemagne – 1h40

L’Avenir, le cinquième long-métrage de Mia Hansen-Love, a reçu l’Ours d’argent à la Berlinale 2016.

(Visité 34 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share