Lady bird

Share

Christine Lady Bird passe sa dernière année de lycée à Sacramento et s’y ennuie fortement. Avec cette chronique tendre et amère sur sa fin d’adolescence, Greta Gerwig signe sa première réalisation, en course pour 5 Oscars !

L’envol

Entre l’école religieuse, l’église, une mère autoritaire et une famille fauchée, Lady Bird s’étiole. Heureusement qu’elle peut compter sur sa copine « Jules », sur son père et sur la Sœur principale de son lycée. Et sur les garçons.

Lady Bird de Greta Gerwig - Cine-Woman

Saoirse Ronan (Lady Bird) et Beanie Feldstein (Jules), deux amies inséparables de lycée

Lady Bird n’a d’autres prétentions que d’être la chronique de la vie d’une lycéenne américaine avant l’envol. En effet, aux Etats-Unis, la dernière année du lycée est cruciale. Et pas seulement pour le « prom » ce bal de fin d’année où se jouent les histoires de cœur. C’est aussi l’époque d’affectation à l’université et de l’obligatoire rupture avec la famille.

Les ruptures de Lady Bird

Lady Bird déteste Sacramento, la ville de Californie où elle a grandi et rêve de la côte Est. Mais qui peut comprendre son choix, puisque rester en Californie lui donne automatiquement l’entrée dans une bonne université à moindre coût (c’est toujours moins cher dans l’Etat où l’on habite) ? De même, elle refuse de poursuivre dans un établissement catholique, ce qui serait la suite logique de son parcours.

Lady Bird de Greta Gerwig - Cine-Woman

Saoirse Ronan (Lady Bird) et son premier amour,

Elle rêve d’un environnement culturel riche, dense. Et surtout de prendre ses distances avec sa mère, avec qui elle se dispute continuellement. Aimante mais agressive, celle-ci la brime dans ses rêves, inquiète de ne pas arriver financièrement à subvenir aux ambitions de sa fille. Enfin, De plus, elle ne parvient jamais à lui dire qu’elle l’aime.

Une Lady Bird bien à soi

Qu’importe! Lady bird (Coccinelle en français) est assez forte pour lui tenir tête et parvenir à quitter Sacramento.

Lady Bird de Greta Gerwig - Cine-Woman

Saoirse Ronan (Lady Bird), clone de la réalisatrice Greta Gerwig

Pour son premier film de réalisatrice, Greta Gerwig semble avoir assuré avec un matériau très autobiographique. Jusqu’à choisir une actrice (Saoirse Ronan) qui lui ressemble dans ses gestes, ses attitudes et même physiquement. Le mimétisme, s’il est touchant, devient même un peu gênant.

Une mère et une fille

Petit objet bien trousse, bien construit et bien écrit,  Lady Bird a un charme fou. Sans doute, parce qu’il égratigne avec doigté les phobies -on est en 2002, un an après les attentats du World Trade Center – et la prégnance de la religion aux Etats-Unis.  Rien n’est violent, tout est subtil.

Saoirse Ronan (Lady Bird) et sa mère (Laurie Metcalf)

Sauf les relations mère-fille ! Leurs disputes sont récurrentes, fortes, et même si l’on saisit l’amour qui les unit, difficile de croire qu’une Lady Bird autant en révolte semble finalement si peu atteinte par les propos effarants de sa mère. C’est aussi évidemment ce qui la pousse à mettre 6000 km entre elle deux, quand elle décide de partir étudier à  New York. Ce qui fera peut-être l’objet d’un prochain film.

La petite soeur de Frances Ha

A vrai dire, il a déjà eu lieu, et c’est bien en étudiante allumée qu’on a le plus appréciée Greta Gerwig. Elle était Frances Ha, héroïne dans la même veine que cette Lady Bird. Mais aussi Mistress America, moins réussi, mais qui contait la première année solitaire d’une étudiante à New York. Mais, c’est bien en Frances Ha qu’elle était la plus étonnante et merveilleuse.

De Greta Gerwig, avec Saoirse Ronan, Laurie Metcalf, Tracy Lettes, Thimotée Chalamet, Beanie Feldstein…

2017 – Etats-Unis – 1h34

Lady Bird de Greta Gerwig est une « perle » du cinéma américain indépendant, nommé dans cinq catégories majeures à l’Oscar : meilleur film, meilleure réalisation, meilleure actrice, meilleure second rôle féminin et meilleure scénario original. les paris sont ouverts !

(Visité 44 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share