La mort de Staline

Share

Le 2 mars 1953, dans la nuit, le tyran soviétique est victime une attaque cérébrale sérieuse. Est-il conscient, est-il décédé? La mort de Staline pose plus de problèmes qu’elle n’apporte de solutions. Ce que le film d’Armando Iannucci raconte avec beaucoup d’humour.

Qui pour succéder à Staline?

Quand Staline défaille, la nuit du  2 mars 1953, cela fait déjà plus de 30 ans qu’il règne sans partage sur l’Union Soviétique.

La mort de Staline d'Armando Iannucci - Cine-Woman

Steve Buscemi (Krouchtchev), Jeffrey Tambor (Malenko) puis assis Simon Russell Bealeautour (Beria) autour d’ Adrian Mcloughlin (Staline, allongé)

Son régime totalitaire impose par la terreur une discipline de fer à laquelle personne n’ose s’opposer. Il faut dire que la sanction est directe et radicale : le goulag ou l’exécution sans sommation ni procès.

À la mort de Staline, c’est Beria le plus puissant

À la fin de son règne, c’est Beria qui règle ces affaires courantes. En tant que ministre de l’intérieur, il ordonne les arrestations, la torture, la déportation ou les fusillades. Homme tout puissant, il est le premier sur les lieux quand Staline est anéanti par son malaise. Il en profite pour supprimer quelques papiers compromettants. Succéder à Staline, il en rêve !

La mort de Staline d'Armando Iannucci - Cine-Woman

Simon Russell Bealeautour (Beria), Olga Kurylenko (la pianiste) et Steve Buscemi (Krouchtchev) aux funérailles de Staline

Quand Kroutchev arrive à son tour, la guerre entre les deux hommes commence. Elle sera sans merci et aboutira à la prise du pouvoir par le plus réformateur des deux, après la mort de Staline le 5 mars 1953. Avec son lot d’humiliations, d’alliances mouvantes et de morts. Et c’est cet épisode, ces quelques jours déterminants de l’histoire de l’URSS que ce film raconte.

Une adaptation soignée

Le ton choisi est délibérément celui de l’humour, même si les faits sont globalement vrais (certaines exactions ont donné lieu à plusieurs versions). Cette comédie prend racine dans un roman graphique signé par Fabien Nury et Thierry Robin. Les producteurs français Yann Zenou, Laurent Zeitoun et Nicolas Duval Adassovski en ont confié la réalisation au britannique Armando Iannucci, déjà metteur en scène de la comédie caustique sur le pouvoir, In the loop.

La mort de Staline d'Armando Iannucci - Cine-Woman

Steve Buscemi (Krouchtechev) est chargé de la bonne organisation des funérailles de Staline

La même recette est reprise ici : un univers graphique affirmé – inspiré du réalisme soviétique -, des situations burlesques, des personnages forts et bien campés, des dialogues mordants… et un casting royal : Steve Buscemi, Paddy Considine ou Olga Kurylenko.

La comédie du pouvoir absolu

Inutile d’en rajouter, rester fidèle à l’absurde de la situation, à la terreur ambiante filmée avec un peu de recul suffit à rendre tout sa drôlerie aux scènes. Comme celle d’ouverture où un régisseur fait rejouer un concert puisque Staline en voulait l’enregistrement. Ou encore celle d’un despote baignant dans son urine tant ses gardes sont terrorisés à l’idée d’avoir à révéler sa mort.

La mort de Staline d'Armando Iannucci - Cine-Woman

La comédie du pouvoir absolu

À l’heure où Poutine règne en maître absolu sur la Russie allant même jusqu’à faire empoisonner d’ex-espions en territoire étranger. La mort de Staline tombe à pic. Elle révèle l’aberration du pouvoir absolu, les mécanismes de la terreur et la petitesse d’un tyran qui devient bien peu dans chose quand sa vie est danger. Un film nécessaire, voire indispensable tant il est traité avec fidélité à son sujet et humour.

D’Armando Iannucci avec Steve Buscemi, Simon Russell Beale, Jeffrey Tambor, Paddy Considine, Rupert Friend, Jason Isaacs, Olga Kurylenko, Michael Palin, Andrea Riseborough, Adrian Mcloughlin…

2017 – France/Royaume-Uni/Belgique – 1h47

© 2017 Mitico- Main Journey – Gaumont

(Visité 20 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share