Guy

Share
Avec Guy, Alex Lutz réalise un vrai faux documentaire soigné sur une vieille gloire de la variété française. Plus que le film, c’est l’acteur qui déchire. Le film clôturait la 57e Semaine de la Critique et était présenté en avant-première au Festival du Film Francophone d’Angoulême 2018.

Quand j’étais chanteur

Partout où il est passé, Guy Jamet, un chanteur populaire , a chamboulé des cœurs et laissé quelques traces. Un fils non reconnu décide de lui consacrer un documentaire intime, aujourd’hui qu’il est passé de mode. Guy Jamet accepte, trop content d’avoir laissé des souvenirs.
Guy d'Alex Lutz - Cine-Woman

Alex Lutz est Guy Jamet

Ce film confession peut ainsi débuter. Gauthier, le fils en question, suivra donc l’ancienne vedette dans son intimité.

Confessions intimes de Guy

Au début, Guy Jamet joue les cabots, présente sa femme, ses chiens et son cheval et partage volontiers quelques souvenirs amers de sa gloire révolue. Il parle franc, direct et parvient à être aimé sans être aimable. Dans le registre d’un Michel Sardou auquel on pense souvent.
Guy d'Alex Lutz - Cine-Woman

Dani et Alex Lutz (Guy)

Il chante aussi, parfois, croise encore des fans indélicates. Il s’avère plus intelligent que les bluettes sentimentales à deux balles qui ont fait son succès ne le laissaient d’abord supposé. Puis il comprend à qui il a faire.

Extraordinaire Alex Lutz

Le film est souvent drôle, pertinent et la prouesse d’acteur d’Axel Lutz époustouflante. Vieilli, grimmé,  il joue les  gloires désabusées qui continuent à courir après le succès. Même s’il sait que son temps est révolu, il s’attache aux réminiscences de son passé glorieux avec une aisance pleine d’ironie. Les comédiens -au premier rang desquels Pascale Arbillot– sont aussi tous très excellents .

Guy d'Alex Lutz - Cine-Woman

Alex Lutz (Guy) en duo avec Elodie Bouchez (sa première femme)

Comme sont formidables les reconstitutions des époques du succès de ce chanteur ringard. Parfois même un poil complaisantes. Tout est soigné, réussi, agréable. Mais, il manque une dimension, une puissance, une folie, un coup de force à ce film qui se déguste pourtant avec plus de plaisir qu’une chansonnette agréable, sans devenir aussi entêtant.

D’Alex Lutz, avec Alex Lutz, avec Pascale Arbillot, Elodie Bouchez, Tom Dingler, Nicole Calfan, Dani, Brigitte Rouän…

Guy d’Alex Lutz était présenté en clôture de la Semaine de la Critique. et en avant-première au Festival du Film Francophone d’Angoulême 2018.

(Visité 114 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share