Moi & toi

Share

Frère & soeur

Qu’est-ce qu’un réalisateur de 70 ans passés a-t-il à dire sur la jeunesse d’aujourd’hui ? Que chaque âge a ses charmes mais aussi ses problèmes et qu’il est toujours bon de s’ouvrir aux autres pour grandir, s’améliorer, s’enrichir. Voilà en substance le message plutôt sage que Bernardo Bertolucci livre ici, avec une humilité bienvenue.

Duel fraternel

Dans ce qu’on pourrait qualifier un petit film, tant il est habitué aux grosses productions internationales, Bertolucci convie deux jeunes acteurs à un duo/duel plutôt inédit.

affiche de Moi & Toi de B BertolucciLorenzo, 14 ans, est un adolescent étrange, peu sociable, introverti. Alors que ses camarades d’école partent en classe de neige, il organise sa retraite au fond de la cave de son immeuble : il  a pensé à tout, à sa nourriture, à ses jeux, à sa survie…. Sauf à sa demie-sœur qui, par surprise, vient un jour chercher des affaires. Fugueuse, sans attaches, droguée, bannie de la fratrie, elle profite de la présence de ce frère qu’elle connaît mal pour se réfugier dans la cave.  Au contact l’un de l’autre, ils vont finir par s’ouvrir, par s’affirmer, par grandir et par se découvrir une complicité surprenante.

Ce film est un peu un défi, un quasi huis-clos dans un souterrain vaste et confortable, une scène unique où de nouveaux liens familiaux vont se nouer. On étouffe dans ce lieu plutôt glauque, mais pas seulement, on s’y évade aussi, et son confinement offre une lecture de l’intime profonde, inattendue.

Exclus

En mettant en scène deux exclus volontaires du puissant modèle familial italien (bien plus uniforme et conformiste que le français), Bertolucci offre une lecture intéressante, inhabituelle de la jeunesse actuelle. Une jeunesse gâtée, apparemment sans problème financier ni de reconnaissance sociale, mais complètement perdue dans ses choix affectifs, incapables de prioriser ses désirs, de hiérarchiser ses souffrances et donc de se débattre hors du cocon protecteur.

Il choisit pour cela de confier leurs rôles à deux inconnus au physique hors norme, assumant ainsi un choix radical qui donne encore plus de force à la désillusion qu’il filme sans la juger.

De Bernardo Bertolucci, avec Jacopo Olmo Antinori, Tea Falco

2012 – Italie – 1h36

Sorties du 18 septembre 2013 sur cine-woman. Ma vie avec Liberace de Steven Soderbergh, La bataille de Solferino de Justine Triet, L’oeil du cyclone de Fred Schepisi, Elle s’en va d’Emmanuelle Bercot et Barcelone, avant que le temps ne l’efface de Mireia Ros

(Visité 39 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share