10e panorama du cinéma colombien

Share

Le 10e panorama du cinéma colombien se déroulera du 6 au 11 octobre 2022 à Paris. 47 films courts et longs sont à découvrir dont 6 en VR.

« Lorsque l’art entre dans une maison, la violence en sort. »

Puisse la prophétie du très créatif peintre et sculpteur colombien Fernando Botero se réaliser dans son propre pays…. Mais la Colombie reste marquée par un long conflit armé, les exactions des paramilitaires et de la guérilla, la persistance du narcotrafic, les assassinats des défenseurs des droits humains, l’injustice sociale, la délinquance. Le cinéma n’occulte pas cette violence. Comme le montre la programmation du 10e panorama du cinéma colombien organisé par « Le chien qui aboie » à partir du jeudi 6 octobre 2022 à Paris.

10e panorama du cinéma colombien- Cine-Woman

L’affiche du 10e panorama du cinéma colombien

La Jauria, le film Andrés Ramírez Pulido,  lauréat du Grand prix et du prix SACD de la Semaine de la critique du dernier Festival de Cannes, ouvre le festival et la compétition longs métrages. Cette fiction inspirée de la réalité montre un centre de réhabilitation expérimental pour mineurs délinquants situé au cœur de la forêt tropicale où est détenu le jeune Eliù auteur d’un crime. Un débat est prévu à l’issue de la projection le jeudi 6 octobre 2022 à 20h à l’Arlequin (Paris 6e).

5 longs métrages de réalisatrices à suivre

Parmi les 47 films présentés, une petite quinzaine est réalisée des femmes. Seule la compétition longs métrages est paritaire. On y retrouve Clare Weilskopf concourt avec Alis, coréalisé  avec Nicolas van Hemelryck sur des mineures en situation vulnérable. Ce film, déjà lauréat d’un Ours de cristal à la dernière Berlinale, fera la clôture du Panorama  le mardi 11 octobre au Reflet Médicis (Paris 6e).

10e panorama du cinéma colombien- Cine-Woman

Alis de Clare Weilskopf, en compétition long métrage

Irene Gutierrez évoque la nostalgie d’anciens combattants cubains pour leur action en Angola dans Entre perro y lobo. Et Catalina Santamaria s’intéresse à l‘époque de la movida underground new yorkaise avec Squatters. A découvrir aussi : Her name was Europa du duo Anja Dornieden et Juan David Gonzalez Monroy sur l’histoire de l’auroch et Mis dos voces de Lina Rodriguez, sur le ressenti de trois femmes colombiennes immigrées au Canada.

10e panorama du cinéma colombien- Cine-Woman

Mi dos voces de Lina Rodriguez

Egalement sélectionné pour la compétition longs métrages, le film Amparo de Simón Mesa revient sur la période de guerre avec l’appel sous les drapeaux en 1998 d’Elias élevé par sa mère célibataire, Amparo, dans un quartier populaire de Medellin. Tandis que Del otro lado d’Ivan Guarnizo montre – après les accords de paix de 2016 – deux frères partis à la recherche de l’un des guérilleros ayant séquestré leur mère pendant près de deux ans.

10e panorama du cinéma colombien- Cine-Woman

Amparo de Simon Mesa

Dans El varon, le réalisateur Fabian Hernández lui nous emmène dans une maison de correction de Bogota et suit le jeune Carlos hors les murs lorsqu’il tente de  s’approprier le codes du mâle alpha pour devenir un homme à la virilité affirmée. Enfin, avec So foul a sky, Alvaro F. Pulpeiro offre un voyage sensoriel aux frontières de la Colombie, du Brésil et du Venezuela.

15 courts programmés au 10e panorama du cinéma colombien

Dans la compétition pour les courts métrages,  les femmes cinéastes sont un peu plus nombreuses et particulièrement audacieuses. Natalia Escobar et Simon(e) Jaikiriuma Paetau présentent Aribada sur la résistance de Las Traviesas, un groupe de femmes trans du peuple autochtone Embera en lutte contre le patriarcat dans leur communauté. Maria Rojas livre Abrir monte,  retour sur une lutte ouvrière du début du 20eme siècle dans une petite ville du centre de la Colombie. Et Juanita Onzaga  imagine (ou anticipe) une planète où l’eau n’existe plus, la mémoire non plus dans El manana es un palacio de agua.

10e panorama du cinéma colombien- Cine-Woman

Aribada de Natalia Escobar et Simon(e) Jaikiriuma Paetau

Au total  47 films seront présentés durant ce 10e panorama du film colombien : 10 longs métrages et 17 courts métrages en compétition pour le prix du jury et le prix du public, 6 oeuvres  présentées dans la section parallèle hors compétition, 6 courts métrages destinées au jeune public Petit chiot ainsi que 6 œuvres de réalité virtuelle.

Martine Rossard

Le 10e panorama du film colombien se déroule du 6 au 11 octobre 2022. La soirée d’ouverture a lieu le jeudi 6 octobre au cinéma L’Arlequin, les autres séances au Reflet Médicis (Paris 6e)

(Visité 29 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share