Une saison blanche et sèche

Share

Euzhan Palcy, invitée d’honneur du 41e Festival de Film de Femmes de Créteil, a présenté, samedi 23 mars 2019, Une saison blanche et sèche. Un film important et passionnant, qui mérite amplement qu’on le regarde à nouveau.

L’Apartheid révélé

La salle de la Maison des Arts de Créteil a frémi, samedi 23 mars quand Euzhan Palcy est venue répondre aux questions des nombreuses spectatrices qui étaient venues (re)voir Une saison blanche et sèche. Certaines ont pleuré, émues, écoeurées par l’injustice. Elle est restée digne, savourant les bravos et les encouragements à poursuivre son oeuvre.

Une saison blanche et sèche d'Euzhan Palcy - Cine-Woman

Les manifestations de noirs fortement réprimés durant l’Apartheid en Afrique du Sud

Euzhan Palcy venait d’avoir 25 ans et un très beau succès avec Rue Cases-Nègres quand elle s’est lancée dans l’aventure d’Une saison blanche et sèche.  Son premier film avait reçu le Lion d’argent, une coupe Volpi à la Mostra de Venise en 1983 et le César du meilleur premier film ainsi qu’une distribution aux Etats -Unis. Son prochain projet serait ambitieux. Il dénoncera de l’Apartheid qui avait encore cours à l’époque et sera tourné avec des acteurs sud-africains. La jeune réalisatrice qui a obtenu les droits d’adaptation du roman d’André Brink rêve de filmer rapidement.

Marlon Brando, l’avocat d’Une saison blanche et sèche

En France, personne n’en veut. Warner, en revanche, est intéressé. Robert Redford et Sundance qui soutiennent la cinéaste l’incitent à monter le film aux Etats-Unis. Finalement, ce sera la MGM qui le produira aux conditions souhaitées par Euzhan Palcy. Elle risque tout de même sa vie en se rendant sur place pour obtenir des témoignages et rencontré des acteurs. Son casting est époustouflant : Marlon Brando, Susan Sarandon, Donald Sutherland, Zakes Makae ou Winston Ntshona. 

Une saison blanche et sèche d'Euzhan Palcy - Cine-Woman

Marlon Brando (l’avocat McKenzie ) et Donald Sutherland (Benjamin Du Toit) dans Une saison blanche et sèche d’Euzhan Palcy

Une saison blanche et sèche raconte le cheminement d’un afrikaners, joué par Donald Sutherland, quand son jardinier et son fils sont tués par le régime en vigueur : l’Apartheid. D’abord sceptique, ce blanc grandi dans le bush mais du bon côté des barrières prend soudain conscience de l’injustice du traitement fait aux noirs, la population majoritaire d’un pays qu’il chérit. Et tant d’injustices est à peine supportable. Benjamin du Toit, d’abord incrédule puis timide, finira par mettra en cause toute sa vie pour savoir comment Jonathan, 11 ans, et son père, Gordon, le jardinier, ont été assassinés.

La terreur

Un procès, mené pourtant par un grand défenseur des droits de l’homme interprété par Marlon Brando, n’y changera rien. Le régime fait régner la terreur. Il ne recule devant rien pour faire pression sur les notables, les témoins, les magistrats etc. Et cela, malgré les preuves évidentes de torture et de traitements ignobles subis par les noirs. Leur seul tort étant d’aspirer à un peu plus de liberté et d’égalité. Le pouvoir est même prêt à tuer ceux qui les soutiennent !

Une saison blanche et sèche d'Euzhan Palcy - Cine-Woman

Le procès révoltant d’Une saison blanche et sèche

Une saison blanche et sèche, le film d’Euzhan Palcy représente cette mémoire. Celle d’un régime révolu, certes, mais qui toujours symbole des injustices et des mauvais traitements subis par le peuple noir. Son tact est d’avoir misé sur la sincérité, sur l’attachement à ces personnages bien plus que sur une mise en scène spectaculaire. Le film est violent puisque son sujet l’est. Mais, jamais la violence n’est filmée avec complaisance, ni démonstration. Au contraire ! Ce qui saute aux yeux, c’est l’extrême terreur dont que ce régime fait régner, et dans tous les cerveaux. A un point tel qu’il est presque impossible d’obtenir le moindre témoignage. Et comme le prouve son récit, tous les moyens étaient bons : l’intimidation, les fouilles, encourager les porches à la traitrise etc. etc.

Un film fort

Avec la retenue qui la caractérise, Euzhan Palcy bâtit son récit, sans trop d’effets, avec des dialogues incisifs et une direction d’acteurs irréprochable. Elle démontre même un talent certain à filmer les foules, en harmonisant ses mouvements avec la musique. Et à alterner les scènes de plénitude, de bonheur familial, avec d’autres, beaucoup plus cruelles.

Une saison blanche et sèche d'Euzhan Palcy - Cine-Woman

Benjamin Du Toit (Donald Sutherland) prend le risque de venir à Soweto

Une saison blanche et sèche est un film intelligent, émouvant et passionnant. Il est aussi bien filmé. On comprend mal qu’après une telle réussite, plébiscitée par Nelson Mandela dès qu’il fut président, Euzhan Palcy, 29 ans à la sortie française du film le 8 novembre 1989, n’ait jamais plus retrouver les moyens de poursuivre son oeuvre. Son talent et son ambition étaient prometteurs. Ses sujets originaux et forts. Rappelons qu’elle a été la première femme noire à qui un studio a confié un budget de 20 millions de dollars pour faire un film. Et qu’elle a été la seule réalisatrice à diriger Brando... alors même qu’il avait pris sa retraite depuis dix ans !

Le retour attendu

Euzhan Palcy a toutefois continué son chemin plus aux Etats-Unis qu’en France, en réalisant la comédie fantastique Siméon, puis un documentaire sur Aimé Césaire, son mentor. On lui doit aussi quatre téléfilms qui, chacun, s’attardent sur une histoire forte et positive du peuple noir. Qu’il s’agisse du Combat de Ruby Bridges pour aller normalement à l’école, The killing yards sur une révolte de prisonniers américains, Parcours de dissidents sur la résistance de martiniquais partis rejoindre De Gaulle durant la Seconde Guerre Mondiale ou Les mariées de l’Île Bourbon sur le peuplement forcé de la Réunion. Ce dernier film date de 2007….

Une saison blanche et sèche d'Euzhan Palcy - Cine-Woman

Susan Sarandon (Mélanie) joue une journaliste anglaise qui dénonce sans relâche l’Apartheid

Espérons qu’Euzhan Palcy retrouve les moyens de ses ambitions, puisque ses projets, pour ce que l’on en sait, méritent largement d’être portés à l’écran.

D’Euzhan Palcy avec Marlon Brando, Susan Sarandon, Donald Sutherland, Zakes Makae, Winston Ntshona…

1989 – Etats-Unis – 1h37

Une saison blanche et sèche n’est disponible en VOD mais l’est en DVD et blu ray.
(Visité 26 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share