The party

Share

Avec The Party, la réalisatrice Sally Potter signe un petit pamphlet politique et intimiste mais pas assez bien écrit pour devenir grand. Et ce malgré un casting 5 étoiles.

Ambition contrariée 

Pour fêter sa toute récente nomination au poste de ministre de la santé, Janet (Kristin Scott Thomas) organise un petit dîner entre amis. Elle a même l’intention de le cuisiner elle-même, histoire de prouver à tous que le succès et le pouvoir ne l’ont pas -encore- changée.

The party de Sally Potter - Cine-Woman

Kristin Scott Thomas (Janet) et Cherry Jones (Martha)

Chacun arrive avec ses névroses, ses récriminations et son annonce personnelle. Quand Bill, le mari « modèle » de Janet, prend à son tour la parole, la fête prend un tournant tragique. Et personne ne s’en remettra.

The party, comédie à l’anglaise

Petits moyens mais casting majeur, The party de Sally Potter avait tout pour être l’objet indépendant non identifié qui bouscule le box-office par son intelligence et sa finesse. Certes, la trame narrative est mince. Mais en ramassant le récit sur une soirée, en temps réel -malgré le flash-back du début ( première erreur) – cette histoire avait de quoi séduire.

The party de Sally Potter - Cine-Woman

Patricia Clarkson (April)

C’est presque le cas. Le noir et blanc est bienvenu, la distribution haut de gamme. Aux côtés de Kristin Scott Thomas qui mène le bal avec élégance, Timothy Spall, Patricia Clarkson, Bruno Ganz, Cillian Murphy, Cherry Jones ou Emily Mortimer sont tous parfaits.

Sa meilleure ennemie

On s’ennuie pourtant dans ce match de ping-pong verbal – qui ne dure qu’une heure onze -. D’abord, parce que les dialogues sont inégaux, pas assez percutants, ni étonnants. À part ceux acides de Patricia Clarkson, les autres sont attendus et conventionnels. Mais aussi parce que les révélations des personnages sont trop stéréotypées. Et basées sur une sorte de règlement de compte pour être originaux.

The party de Sally Potter - Cine-Woman

Kristin Scott Thomas (Janet)

C’est dommage car l’évolution à géométrie variable de cette ancienne bande de militants que ni l’entre-soi, ni les jalousies n’épargnent aurait eu de quoi séduire ! Surtout avec un casting pareil. Reste un sujet passionnant. Comment une femme qui a dédié sa vie à son ambition s’empêche elle de réussir ? A méditer.

De Sally Potter, avec Kristin Scott Thomas, Cillian Murphy, Timothy Spall, Patricia Clarkson, Bruno Ganz, Emily Mortimer et Cherry Jones

2017 – Angleterre – 1h11

(Visité 9 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share