Mustang

Share

Mustang de Deniz Gamze Erguven a entamé sa carrière comme un cheval au galop. Un succès mérité pour ce film féministe à la fois drôle et dramatique dans la Turquie actuelle. Bravo! 

Révolte de filles

La fin de l’année scolaire à Inébolu, un petit village isolé à 600 km au nord d’Istanbul. Cinq soeurs, toutes adolescentes, traînent avant de rentrer à la maison, s’amusent avec des garçons sur la plage, dans l’eau. De manière innocente. Mais, ces jeux anodins vont brutalement décider de leur vie.

Mustang ou le prix d’un moment d’égarement

Il aura donc suffi de quelques minutes d’égarement pour que leur vie devienne un enfer, que leur sort soit à jamais scellé. Accusées par une voisine de comportement obscène, les cinq soeurs qui ont toutes entre 11 ans et 16 ans, vont découvrir le carcan que leur famille et une société conservatrice, traditionnelle à outrance, leur réserve, l’enfer auquel la vie les condamne par le simple fait qu’elles sont des filles.

Mustang de Deniz Gamze Erguven

Les cinq soeurs de Mustang

D’abord battues par leur grand-mère, elles vont peu à peu découvrir que le pire est à venir. Leur univers se referme bientôt sur elles-mêmes : adieu la plage, la mer, l’air libre, adieu l’école, adieu les contacts avec l’extérieur. Leur immense maison, ancien terrain de jeu, devient une prison où on les dresse à devenir de bonnes épouses et dont elles ne peuvent plus s’échapper que pour se marier.

Enfermement

Certaines soeurs s’y résolvent. D’autres se révoltent, la plus jeune notamment qui voit ses soeurs disparaître de sa vie. On suivra donc les différentes étapes jusqu’à ce que son tour vienne.

Mustang de Deniz Gamze Erguven

Les cinq filles de Mustang

Mustang est à la foi un film plein d’énergie et un film plombant. D’abord riche de la complicité de ses cinq beautés, à la fois indissociables et différentes, certaines bravant les interdits quand d’autres sont plus soumises. Mais toutes les cinq sont riches de leurs sourires, de leurs coquetteries et leurs affèteries très féminines. Mustang devient littéralement étouffant au fur et à mesure que la maison se transforme en place forte coupée du monde l’extérieur.

Mustang ou l’énergie du désespoir 

Ce premier film parfaitement maîtrisé a la beauté de sa cruauté. Impossible d’accepter le sort qui est réservé à ces jeunes filles pas forcément innocentes, mais qui ont pour seule ambition de choisir la vie qu’elles veulent mener.

impossible de tolérer cette régression manifeste de la Turquie contemporaine, pays où le droit de vote fut attribué aux femmes bien avant la France, mais où un oncle va décider, sans négociations possibles et quelle que soit la manière dont il se comporte, des 70 années qui leur reste à vivre.

A suivre

C’est révoltant, répugnant mais un témoignage précieux, un engagement juste de la part de Deniz Gamze Erguven, cette réalisatrice d’origine turque, élevée en France à la Fémis et dont on attend rapidement d’autres nouvelles.

De Deniz Gamze Erguven, avec Gunes Sensoy, Doga Zeynep Doguslu, Elit Iscan, Tugba Sunguroglu, Ilayda Akdogan…

2015 – France/Turquie – 1h37

Le film, présenté à la Quinzaine des réalisateurs 2015, a remporté le Label Europa, remis par un jury d’exploitants européens. Il a représenté la France aux Oscars 2016 et a été bradé de prix dans plusieurs compétitions.

(Visité 7 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share