Les 30e Prix Sopadin

Share

Les 30e Prix Sopadin du scénario ont été remis le 21 novembre 2016. Et font une part très belle aux femmes. Une belle nouvelle puisque ces scénarios vont devenir des films, généralement primés.

Les femmes à l’honneur

Depuis qu’ils ont été lancés en 1997, les prix Sopadin récompensent des scénarios et leurs auteurs. Le projet d’écriture n’a besoin d’avoir ni producteur, ni réalisateur.

prix sopadin

Les prix Sopadin comptent deux catégories :

  • Le grand prix du meilleur scénariste, pour les scénaristes confirmés. A condition qu’ils n’aient toutefois pas eu plus de trois de leurs oeuvres portés à l’écran
  • Le prix junior du meilleur scénario, qui cherche à faire émerger des auteurs âgés de moins de 28 ans.

Une douzaine de scénarios était en finale cette année. Ils ont été soumis à la sagacité d’un jury paritaire de professionnels du cinéma. Il est présidé pour la septième année consécutive par Julie Gayet, actrice et productrice.

Les primés 2016

Quatre scénaristes femmes étaient en lice pour le Grand prix du meilleur scénariste, mais c’est un homme, Clément Koch, qui l’a remporté, avec un sujet on ne peut plus féminin.

  • Dragon boat de Clément Koch aborde un sujet original : celui de femmes ayant toutes été victimes d’un cancer du sein et qui en sont guéries ou quasi. Il traite de cet après, de ce temps où leur entourage et elles-mêmes se savent sauvées mais sans espoir de redevenir les femmes qu’elles ont été. Et pour traiter cela, il suit un groupe d’anciennes malades qui se retrouvent chaque semaine dans un drôle de bateau à rames à tête de dragon. Ce programme d’entraînement à une course internationale a pour double but d’empêcher la récidive et d’exorciser la peur qui les hantent.
prix sopadin

Les lauréats et le jury des Prix Sopadin 2016

Dans la même catégorie, On a volé Mona Lisa de Carole Giacobbi et Stéphane Vauthier qui relate le vol de la Joconde et le Paris de 1910 a reçu un prix spécial du jury. Ce script fera l’objet d’un film en anglais portée par une grosse production internationale, initiée par une société anglaise.

En général, le jury est réputé avoir du flair. La plupart des finalistes finissent par devenir des films, certains comme Séraphine de Martin Provost ou Le nom des gens de Baya Kasmi et Michel Leclerc raflent même le césar du meilleur scénario. Crache-cœur de Julia Kowalski ou Eva ne dort pas de Pablo Agüero ont été distingués dès leur scénario.

Les juniors

Le 19e Prix Arlequin, créé plus récemment, sacre lui un scénario écrit par un.e auteur.e de moins de 28 ans. Cinq jeunes femmes étaient en lice cette année contre un seul jeune homme.

C’est Appel d’airs de Pauline Mauroux qui a été primé. Ce projet aborde la politique ultra-nataliste de Ceausescu à partir de 1966, qui interdisait l’avortement et imposait aux roumaines d’avoir au moins quatre enfants. Des réseaux féministes clandestins se structurent les menaçant, elles et leurs familles.

  • The magnificent Gégé de Sarah Malléon, a reçu un Prix spécial du jury. Il relate l’histoire d’un petit garçon qui, en Martinique, est plongé dans l’univers des combats de coqs.
  • Les aliénées de Jean-Loup Pochoy, seul jeune homme finaliste, a été honoré d’une mention spéciale. Son sujet est là encore très féminin puisqu’il raconte un amour lesbien en 1938, qui se finit dans un asile d’aliénées, aliénées qui seront complètement abandonnées à leur sort durant la guerre. Selon Jean-Loup Pochoy, 45 000 internés auraient péri, de faim, de froid et d’absence de soin.

Prix sopadin -groupe

Tous ces prix sont dotés soit par les Ecrans de Paris et/ou par la Fondation David Hadida. Les grands prix sont mis en onde sur France Culture.

Le jury 2016

Aux côtés de la présidente Julie Gayet, actrice et productrice, le jury 2016 était composée de Cécile Négrier, directrice de France 3 cinéma, Sophie Dulac, présidente des Ecrans de Paris, productrice, distributrice et exploitante, Blandine Masson conseillère de programmes Fictions de France Culture, Marie Maurice responsable acquisitions et productions France pour M6 Films et SND, de François Mergier, responsable des acquisitions cinéma français de Canal+, Renaud Delourme, fondateur des Editions Montparnasse et éditeur, Quentin Molina, responsable acquisitions et production France de Studio Canal, Pierre Murat, rédacteur en chef adjoint de Télérama et Frank Weber, directeur du développement de la Gaumont.

(Visité 40 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share