Divines – Cannes 2016

Share

Le film « féminin » de banlieue est-il en train de devenir un genre à part entière? En tous cas, Divines d’Houda Benyamina met la barre très haut. Il a reçu la Caméra d’or au Festival de Cannes 2016 et une mention SACD à la Quinzaine des réalisateurs . Un prix mérité à découvrir le 31 août.

Sacrées gamines

Divines d’Houda Benyamina est un coup de poing. Un film à l’énergie tenace, positive mais qui sait aussi mettre du sens, de l’humour et de l’émotion quand il faut. Dès la première scène, Divines s’affiche comme un film transgressif. Dounia envoie des sms à sa copine Maimouna en train de prier à la mosquée. D’ailleurs, Maimouna est la fille de l’imam.

Divines d'Houda Benyamina - Caméra d'or 2016

Oulaya Amamra (Dounia)

Inséparables depuis l’enfance, toutes les deux sont transportées par le désir de la débrouille. Celui d’avoir un peu d’argent pour accéder à cette société de consommation qui les nargue. Elle sont happées par la difficulté ( l’impossibilité?) à sortir de leur condition ( basse, très basse).

Divines où la quête de filles de banlieue

Si elles ont les mêmes rêves, l’une est 100 fois plus déterminée que l’autre qui reste un soutien infaillible. Ensemble, portée par l’énergie et l’ingéniosité de Dounia mais mues par une affection et une amitié réciproques, elles font les 400 coups. Elles se voilent pour aller piquer au supermarché, revendent leur larcin au lycée… Jusqu’au jour où, lors d’un cours mémorable de leur BEP hôtesse qui dégénère, Dounia décide de prendre en main son destin et d’aller chercher le pognon là où il se trouve.

Divines d'Houda Benyamina - Caméra d'or 2016

Oulaya Amamra (Dounia)

Il faut dire qu’elle cumule les mauvais points : elle vit dans un bidonville, sans structure familiale, avec la détermination de ceux qui n’ont rien. Mais, elle a la tchatche et aussi un joli minois qu’elle saura utiliser à l’occasion. Évidemment, en tombant dans des trafics de plus en plus risqués, elle va se mettre sérieusement en danger, elle et les autres.

Divines : un sacrée énergie 

Houda Benyamina a marqué les esprits avec son discours lors du palmarès où elle a reçu la Caméra d’or 2016. Ses fameux « Cannes est à nous -les femmes- » et « t’as du clito » en référence à un dialogue du film ont été diversement accueillis. A partir d’un scénario rocambolesque mais bien ficelé et des personnages haut en couleur, elle réalise un premier long métrage passionnant et réussi sur ces gamines de banlieue que la loterie de la vie a mis d’entrée hors circuit mais qui ont de l’énergie à revendre.  

Divines d'Houda Benyamina - Caméra d'or 2016

Oulaya Amamra (Dounia) et Déborah Lukumuena (Maimouna)

Beaucoup moins bien élevé que Tout ce qui brille de Géraldine Nakache et Hervé Mimram (mais les ressorts de l’histoire sont assez proches), Divines est une Bande de filles réussie parce qu’à la fois plus réaliste et plus énergisant.

Divines, caméra d’or 2016

Certes, la fin pourtant crédible pourrait être affinée. Certes l’histoire d’amour entre Dounia et Djigui, le danseur mériterait d’être retravaillée (même si elle n’est pas conventionnelle en l’état). Mais la densité des personnages et le jeu explosif, à la fois drôle et percutant, de ce duo complémentaire portée par les tout jeunes Oulaya Amamra (croisée dans 3 x Manon de Jean-Xavier de Lestrade) et la débutante Déborah Lukumuena émet une énergie positive remarquable. Pas anormale, juste remarquable.

Divines d'Houda Benyamina - Caméra d'or 2016

Oulaya Amamra (Dounia)

Ce film, présenté à la 48e Quinzaine des réalisateurs, a été une des belles surprises de Cannes 2016. Il en revient d’ailleurs bardé de prix : la Caméra d’or c’est-à-dire le meilleur premier film toutes sections confondues et d’une mention SACD à la Quinzaine des réalisateurs. Même l’accueil de chaque projection a été chaleureux !

D’Houda Benyamina, avec Oulaya Amamra, Déborah Lukumuena, Kevin Mischel, Jisca Kalvanda…

2016 – France – 1h45

Divines d’Houda Benyamina a été présenté à la 48e Quinzaine des réalisateurs. Il y a reçu une mention SACD. Le film a aussi été primé de la Caméra d’or 2016. Le film sortira en salle le 31 août 2016.

(Visité 94 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share