Berlinale 2018 – Jour 3

Share

Un jour « avec » suit souvent un jour « sans ». Un jour avec fête donc mais pas que… Berlinale 2018, jour 3 !

Fanny, Chagall, Ewa, La Callas et Roberto Zucco

Le jour 3 commence… comme un lundi ! Le 19 février 2018, 8h et déjà sur le pont. Sur le Potsdamer Brücke, à la découverte d’un ancien quartier et d’un nouvel hôtel.

Berlinale 2018 Jour 3 - Cine-Woman

Le pont de Potsdamer, derrière la Potsdamer Platz

Aujourd’hui, la journée, la semaine commencent par deux films d’un même programme suisse Ondes de chocs. Il s’agit d’une série de films inspirés par des faits divers et qui traitent leurs conséquences. Il y en aura quatre réalisés par de grands cinéastes suisses et diffusés en juin sur Arte. Deux sont présentés à la Berlinale.

I love Ursula Meier et Fanny Ardant

Je dois y être! Je dois? Oui car un des films est réalisé par une de mes réalisatrices préférées, la suissesse Ursula Meier. Ondes de choc – Journal dans ma tête est un long métrage court – il dure 1h 10 – mais il a tout d’un grand film. Et est porté par une grande actrice, Fanny Ardant.

Berlinale 2018 Jour 3 - Cine-Woman

Fanny Atdant dans Ondes de chocs – Journal dans ma tête d’Ursula Meier

J’enchaîne avec un deuxième volet du même programme. Mathieu, réalisé par Lionel Baier. Sujet fort, très fort mais moins subtilement réalisé.

Jour 3, jour J pour Ewa

Après les films, les talents. Ewa organise sa réunion annuelle et  c’est pour ça que je suis à Berlin.

Berlinale 2018 Jour 3 - Cine-Woman

Le Collegium Hungaricum, bâtiment tout blanc tout beau au coeur de l’Université Humbold

Le réseau a été créé il y a 5 ans, au Collegium Hungaricum et la réunion du jour a lieu au même endroit, au milieu des bâtiments de l’Université Humbold.

Berlinale 2018 Jour 3 - Cine-Woman

Magnifique café Chagall

Pour sentir un peu l’ambiance étudiante, je choisis le Café Chagall, installé sous une voie de chemin de fer. Dingue, un tripot avec un plafond comme celui de l’Opera de Paris!

Berlinale 2018 Jour 3 - Cine-Woman

Café Chagall au plafond digne de celui de l’Opéra de Paris

Et un plat du jour maison, végétarien et bio pour moins de 8€.

Jour 3 : on bosse ! 

Au Collegium Hungaricum, la réunion d’Ewa débute. Des réalisatrices et productrices de toute l’Europe assistent à une conférence très pratique pour apprendre à mieux pitcher leurs projets et à communiquer de manière percutante sur les réseaux sociaux.

Berlinale 2018 Jour 3 - Cine-Woman

La réunion annuelle d’Ewa commence !

Trois cinéastes viennent ensuite présenter leur futur film : le premier s’intitule Fuck the crisis, let’s sing and dance! , le second est une fiction sur la jeunesse de la Callas ( j’adooore) et le troisième une plongée au sein d’une communauté scientifique dans le Montana. Tous ont l’air passionnant, mais les réalisatrices s’emmêlent dans d’innombrables détails sans être capable d’en tirer l’essentiel et le potentiel. La coach guide et vise juste à chaque fois.

Teaser sur facebook

Deuxième atelier là aussi fort intéressant sur la manière de concevoir des teasers pour les réseaux sociaux. Avec deux règles : être visuel et court pour être efficace.

Berlinale 2018 Jour 3 - Cine-Woman

Comment construire le teaser d’un film pour les réseaux sociaux?

Troisième atelier, discussion plutôt sur la difficulté d’être une femme chef op avec des témoignantes et échanges d’expérience riches. Et une morale : dans le cinéma,  une femme libre travaille à la marge. Le système est rarement fait pour elles, et elles doivent s’y fondre si elles sont ambitieuses, sans garantie d’y parvenir toutefois. Et c’est partout pareil en Europe.

A l’Ambassade de France

Petit cocktail, félicitations aux organisatrices, et je rejoins Catherine Lecoq qui m’a gentiment invitée à la soirée de l’Ambassade de France. Le bâtiment moderne dessiné par Christian de Porzamparc est idéalement situé sur la Pariser Platz, face à l’Académie des Arts et à l’Ambassade Américaine, à quelques mètres de la Porte de Brandebourg.

Berlinale 2018 Jour 3 - Cine-Woman

La nouvelle ambassadrice de France s’apprête à décorer le président du Salon du Livre de Francfort

Quelques êtes connues : Cédric Kahn venu présenter son film La prière en compétition, Serge Toubiana, le président d’Unifrance qui rend hommage à Daniel Toscan du Plantier, décédé à Berlin il y 15 ans, la productrice Sylvie Pialat, des collègues, des producteurs, des programmateurs de festivals. La nouvelle Ambassadrice en blouson de cuir rose entame une série interminable de discours en allemand. Elle décore aussi le président du Salon du livre de Francfort qui a honoré la France et la francophonie lors de sa dernière édition.

Regard de tueur

Catherine me présente l’Ambassadrice qu’elle connaît pour avoir organiser la venue de Jane Birkin à l’automne. Et d’autres de ses connaissances : une écrivaine, une journaliste de l’AFP et l’acteur Stefano Cassetti : Roberto Zucco!

Berlinale 2018 Jour 3 - Cine-Woman

Stefano Cassetti dans Roberto Zucco de Cedric Kahn en 2001

Il a gardé le même regard habité que dans le film de Cédric Kahn, les yeux très clairs et l’allure intemporelle d’un italien charmeur. Ce qu’il fait à Berlin? Il y habite depuis six ans et débute une pièce de théâtre d’Albert Serra cette semaine avec  Helmut Berger et Ingrid Caven. C’est bien? Il est flippé : c’est la première fois qu’il fait du théâtre –Helmut Berger aussi paraît-il. Il doit jouer en italien et en allemand qu’il parle mal. Le sujet de la pièce? Du sexe dans des chaises à porteurs à l’époque de Louis XIV dans une clairière.

Berlinale 2018 Jour 3 - Cine-Woman

Salo ou les 120 journées de Sodome de Pier Paolo Pasolini (1975)

Di dove sei? demande une actrice autrichienne venue spontanément à nous – on rigole fort -. Du lac de Garde! Elle se pâme! De Salo, exactement. Elle l’ignore. C’est peu connu, me dit-il. Pardon? La République, le film de Pasolini… Non, je t’assure, les gens ne connaissent pas. Pourquoi n’est-il pas resté? Après trois jours, l’Italie c’est ennuyant. Et la France où il a vécu 10 ans? Aussi! Il y revient pourtant et a tourné trois films en 2017 dont un avec Valeria Bruni-Tedeschi et un autre avec Marion Cotillard. Et Berlin, pourquoi? Pour apprendre l’anglais… et pour faire la fête!

 « C’est dingue ces soirées cinéma sans acteurs, sans talents » se lamente Catherine. Elle a raison, le cinéma c’est une bonne histoire mais aussi des stars. Le jour 3 se termine. A demain pour le Jour 4.

(Visité 108 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share