Pour Sama

Share

Comment vit-on sous les bombes à Alep? Pour Sama est le journal quotidien qu’adresse Waad Al-Kateab, une  journaliste syrienne engagée à sa toute jeune fille.

Journal de guerre

Sama, celle du titre, est un bébé. Elle a vécu sa première année dans un hôpital, à Alep. Non pas parce qu’elle était malade -Sama va très bien- mais parce que son père a créé cet hôpital pour sauver les civils, les blessés. Et pour lui expliquer pourquoi elle a vécu dans un tel enfer, sa mère, Waad Al-Kateab, qui a tout filmé depuis les premières manifestations lui raconte.

Pour Sama de Waad Al-Kateab et Edward Watts - Cine-Woman

Waad Al-Kateab à Alep

Elle lui raconte l’extrême désir de liberté qui fait se mobiliser les étudiants de l’université d’Alep-Est. L’espoir est tel qu’ils pensent Bachar El-Assad, tyran, fils de tyran et petit fils de dictateur, pourrait quitter le pouvoir. Mais non. Et même si les rebelles finissent par reprendre la ville, les alliés russes du régime les auront. A l’usure. À force de tout détruire.

La vie sous les bombes

Mais dans cette immense destruction d’une ville, d’humains, de famille, d’espoir, Waad Al-Kateab a choisi de filmer la vie.

Pour Sama de Waad Al-Kateab et Edward Watts - Cine-Woman

Alep sous les bombes

Elle raconte ainsi à sa fille comment elle s’est engagée en faveur de cette liberté. Comment dans cette lutte elle a rencontré le docteur Hamza, engagé à soigner les blessés, comment cette résistance au régime syrien les a unit. Comment ils se sont aimés, mariés jusqu’à lui donner la vie.

L’horreur quotidienne

Waad Al-Kateab raconte aussi à Sama les amis morts, les espoirs déçus, l’indignité d’un régime prêt à tout pour rester au pouvoir. Les bombardements sont incessants, quotidiens. Ils arrachent des petits frères à des enfants, à des mères démunies. Et finissent par viser les hôpitaux. Huit des neuf établissements hospitaliers ont été bombardés par les avions. Celui d’Hamza sera le dernier debout.

Pour Sama de Waad Al-Kateab et Edward Watts - Cine-Woman

Waad et Hamza El- Kateab

Mais au fil de six mois d’état de siège, d’obus destructeurs, de gaz au chlore, de privations de nourriture, d’eau et finalement de soins, l’étau se resserre. Rester est impossible même si c’est leur souhait le plus cher. Waad Al-Kateab s’en explique aussi à Sama.

Lettre politique pour Sama

Les images tremblent mais toutes sont authentiques. On y entend les bombes, on y voit les éclairs avant qu’elles ne touchent les immeubles et les tas de pierre qui en résultent. On y perçoit le désespoir, l’horreur, l’incrédulité devant l’escalade. La situation est de pire en pire. On y voit le sang, les blessés estropiés qui déboulent dans l’hôpital de fortune.

Pour Sama de Waad Al-Kateab et Edward Watts - Cine-Woman

Waad Al Kateab dans les rues détruites et désertées d’Alep

Alep est devenue une ville morte, en ruines, sans âme.  Dans le mélange d’images publiques et de moments privés, de ces mourants qu’un médecin ranime pourtant à l’hôpital, de conversations entre amis ou d’enfants qui peinent à jouer, Waad Al-Kateab parle de l’injustice d’un combat mené à armes inégales. Ils voulaient vivre libres. Il souhaitait garder un pouvoir absolu.

Du sang sur les mains

Waad Al-Kateab, Sama et Hamza ont été évacués d’Alep sans qu’on leur laisse le choix. Tous les deux étaient d’actives sources de renseignements pour les médias occidentaux, lui comme témoin, elle comme fournisseuse d’images. Ils vivent désormais à Londres. Mais avant de partir Hamza d’avoir accueilli jusqu’au bout jusqu’à 300 patients par jour. Leur sang hante désormais leurs regrets.

Pour Sama de Waad Al-Kateab et Edward Watts - Cine-Woman

Sama à Alep

Rappelons qu’en neuf ans, la guerre en Syrie aurait fait près de 400 000 morts, dont près de 150 000 civils. Près de trois millions de personnes y survivront avec une invalidité permanente tandis que plus de 13, 5 millions de syriens ont été déplacés.

Documentaire de Waad Al-Kateab et Edward Watts, avec Waad, Hamza, Sama et tant d’autres…

2019 – Syrie/Royaume-Uni – 1h35

Pour Sama de Waad Al-Kateab et Edward Watts a été présenté en sélection officielle du Festival de Cannes 2019. Il a reçu ex-aequo l’Oeil d’Or, qui récompense le meilleur documentaire toutes compétitions confondues.

©ITN productions
(Visité 8 fois, 2 visite(s) aujourd'hui)
Share