L’interview d’Iciar Bollain

Share

En sept longs métrages de fiction, la réalisatrice Iciar Bollain a réussi à prendre une place singulière au milieu des réalisatrices. Elle est à la fois à l’écoute des femmes tout en revendiquant un engagement sociétal très actuel. Son nouveau film L’olivier allie les deux.

De l’engagement et des femmes

Depuis le très beau Ne dis rien qui traitait de la violence conjugale, Iciar Bollain a abordé des sujets très variés. Dans Mataharis, il était question de la difficulté pour trois femmes d’équilibrer vie privée et travail dans Mataharis. Elle a ensuite traité de  la révolte de paysans boliviens contre la privatisation de l’eau dans Même la pluie. Avec L’Olivier, elle creuse ce double sillon puisque son héroïne Alma se rebelle contre la vente d’un arbre millénaire pour qu’il devienne un objet de décoration. Elle s’en explique dans Ciné-Woman.

Interview d'Iciar Bollain

Iciar Bollain et son actrice Anna Castillo (Alma)

D’où tenez-vous cette histoire d’oliviers déracinés et vendus pour « faire joli »?

Iciar Bollain : Paul Laverty, le scénariste, avait lu cette histoire dans un journal et il avait été très choqué qu’on puisse arracher un arbre qui était là depuis les Romains pour en faire un bien de consommation. Pour lui, c’était une métaphore du capitalisme où tout s’achète et tout se vend. Et moi, après avoir filmé en Bolivie et au Népal, je tenais à raconter quelque chose qui se passait en Espagne aujourd’hui.

Interview d'Iciar Bollain

Inès Ruiz (Alma, jeune) et Manuel Cucala (Ramon, le grand-père) dans L’olivier d’Iciar Bollain

Dans la vraie histoire, l’arbre était-il arraché dans le même but que dans le film ?

L’article parlait d’une spoliation générale, au début des années 2000, du déracinement de milliers d’oliviers pour les vendre dans le nord de l’Europe, en Chine, au Moyen-Orient ou même de l’Espagne et pour transformer cet élément naturel en un objet de décoration.

Avez-vous demandé à Paul Laverty que l’héroïne soit une femme ?

Non, Paul n’écrit jamais sur commande mais je suppose que comme le scénario était pour moi, il a pensé que je m’identifierais plus à un personnage féminin. Il fallait surtout quelqu’un de fort, de charismatique. Alma est née de là.

Interview d'Iciar Bollain

Anna Castillo (Alma) et Manuel Cucala (Ramon, le grand-père) dans L’olivier d’Iciar Bollain

D’après vous, la rébellion est-elle plus facile pour une femme dans une telle famille traditionnelle de paysans ?

L’histoire aurait été plus conventionnelle si ç’avait été un homme. Les femmes ont toujours plus à perdre… Ce qui est intéressant c’est que cette Alma est porteuse d’élan et de courage sans doute parce que son grand-père l’a traitée enfant comme si elle avait été un garçon.

Les femmes sont-elles aujourd’hui plus à même de s’opposer aux traditions ?

Le film parle des valeurs, pas des traditions qui peuvent être désastreuses, oppressantes voire oppressives. En revanche, les valeurs que sont le paysage, la culture, l’identité, les racines.. sont indispensables  Alma n’est ni une intellectuelle, ni une militante mais elle est proche de la nature qui représente son enfance. Elle réagit pour défendre une part de son enfance. C’est épidermique.

Interview d'Iciar Bollain

Javier Gutierrez (l’oncle), Pep Ambros (le petit ami) et Anna Castillo (Alma) dans L’olivier d’Iciar Bollain

Ce qui ne l’empêche pas gagner sa vie en travaillant dans un élevage de poulets en batterie. Mais, elle est attachée à la terre, elle la porte en elle et agit viscéralement, pas intellectuellement comme le font les militants allemands par exemple. Et elle interroge sa famille sur ce à quoi on apporte de la valeur. Et l’important, c’est la terre, la culture, les liens entre nous…

L’argent, non ?

L’argent n’est pas une valeur comme le prouve son père et son oncle, qui ont échoué après avoir investi l’argent de l’arbre. Tous deux sont responsables mais aussi les premières victimes de cette crise. Le film explique que tout ne peut pas se vendre. Que certaines choses ont plus de valeur que ce qu’elles représentent financièrement parlant, et que si on les vend, on se fait plus de mal. En Espagne, on a beaucoup vendu et pas cher le paysage. On s’est alors beaucoup appauvri spirituellement.

Poursuivez-vous encore votre carrière d’actrice ?

Mon dernier rôle, je l’ai tenu dans le film équatorien Rage de Sebastian Cordero. Mon travail de réalisatrice et ma famille – j’ai 3 enfants – rendent difficiles ce travail de comédienne. En plus, j’arrive à un âge où les rôles sont plus rares. Enfin, j’appartiens à une génération fantastique d’actrices espagnoles. Les autres prennent les rôles et c’est très bien comme ça !

Mataharis d'Iciar Bollain

Najwa Nimri, Iciar Bollain et Maria Vasquez dans Mataharis d’Iciar Bollain

Avez-vous envisagé de vous écrire un rôle ?

Non, il m’est arrivé de remplacer au pied levé une actrice de mon âge dans Mataharis. Mais, cela ne m’attire pas, et je préfère filmer ce qu’une autre actrice me propose.

Lire aussi la critique de L’olivier et les Tops 5 d’Iciar Bollain.

(Visité 43 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share