Et les mistrals gagnants

Share

Anne-Dauphine Julliand a perdu une petite fille gravement malade. Et les mistrals gagnants, son documentaire, rend hommage à ces jeunes enfants menacés par la mort mais que la vie porte. Haut. Très haut.

La vie est belle

Ambre, Camille, Charles, Imad et Tugdual ont entre 5 et 10 ans. Tous les cinq sont atteints d’une maladie grave, très grave et ils grandissent à l’hôpital. C’est pour cela que la réalisatrice Anne-Dauphine Julliand les a choisis. Même si leur existence est constamment entravée par des traitements lourds et de longues hospitalisations, ils n’ont de cesse de célébrer la vie, de croquer l’existence, malgré les difficultés.

Et les mistrals gagnants - Cine-Woman

Anne-Dauphine Julliand, la réalisatrice et Ambre, la petite princesse

Cinq familles ont donc ouvert leur porte à Anne-Dauphine Julliand et à sa toute petite équipe. Et tous racontent leur quotidien, qu’ils trouvent joyeux, même s’il est parfois, souvent entravé par leur maladie.

Des experts médicaux

Quel que soit leur âge, les enfants manient le vocabulaire médical avec précision. Ils connaissent le nom barbare de leur maladie et savent comment on les soigne. Certains sont familiers des dialyses, d’autres de la chimio ou des effets secondaires de la morphine.

Et les mistrals gagnants - Cine-Woman

Charles

Ils vivent souvent reliés à des machines ou doivent supporter des soins d’une délicatesse extrême. Mais aucun ne se plaint. Ils subissent philosophes ce que la maladie leur impose.

Et les mistrals gagnants, une ode à la vie

Mais pas question pourtant de rester inactif, tous les cinq vont à la limite du possible. Ils sont ravis d’aller à l’école malgré un parcours en pointillé, contents de retrouver leur copain d’hôpital, jouent, s’emballent pour un sport autorisé, s’animent pour des plantes. Tous découvrent le monde avec un enthousiasme qu’ils partagent avec plaisir ici.

Et les mistrals gagnants - Cine-Woman

Tugdual

Anne -Dauphine Julliand qui a perdu une petite fille de deux ans d’une maladie barbare, adopte un regard juste. Celui d’une maman concernée qui a choisi d’exorciser la mort de sa vie par la joie de vivre d’autres enfants malades. C’est très émouvant, comme l’a été en son temps, le film que Valérie Donzelli a consacré à son fils malade La guerre est déclarée.

Documentaire d’Anne-Dauphine Julliand, avec Ambre, Camille, Charles, Imad, Tugdual et leur famille…

2016 – France – 1h19.

(Visité 37 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share