Une promesse

Share

Le temps et l’amour

Le désir résiste-t-il au temps? C’est la question posée par « Le voyage dans le passé », la nouvelle de Stefan Zweig dont Patrice Leconte s’est inspirée ici. Et bizarrement, ils y répondent de manière complètement opposée. 

Ascension sociale

Friedrich est un jeune homme qui rêve de s’extraire de ses origines modestes. Il est embauché dans l’usine de Karl Hoffmeister et s’affirme rapidement comme un employé très efficace. Tant et si bien que Hoffmeister, malade, lui propose de devenir son secrétaire particulier et de s’installer chez lui. 

Alan Rickman, Maggie Steed et Richard Madden

Friedrich y voit l’espoir de réaliser ses ambitions. Il y découvrira aussi l’amour, en la personne de Lotte Hoffmeister, la jeune épouse de son patron. 

Amours impossibles

Evidemment leur amour, même fort, même exceptionnel, est impossible à vivre, à consommer. Friedrich est d’ailleurs envoyé au Mexique par son patron. Les deux amoureux se font alors une promesse : vivre enfin leur passion à son retour. Mais, la première guerre mondiale éclate et son retour est sans cesse reporté… 

Richard Madden et Rebecca Hall

Il finira par arriver. Friedrich et Lotte se retrouveront alors, fidèles à leur promesse… Et c’est là principale faiblesse de cette adaptation de Patrice Leconte: d’avoir modifié la fin de la nouvelle pour un happy end maladroit et auquel il est impossible de croire une seule seconde. 

Deux points noirs

L’autre faiblesse est paradoxalement Rebecca Hall, actrice habituellement brillante, mais qui semble ici complètement engoncée dans ses habits, coincée dans l’expression des ses sentiments. On comprend mal comment Richard Madden, révélé par la série « Game of Thrones » et lui, pour le coup parfait d’un bout à l’autre du film, tombe raid amoureux de cette femme inaccessible. 

Richard Madden à l'entrée de l'usine

En dehors de ces restrictions importantes, ce film en costumes, porté par les tensions qui annoncent la première guerre mondiale, reste un film très agréable durant une longue première partie mais son happy end est tellement aberrant qu’il remet en cause les qualités premières de ce beau projet, tourné en anglais. Dommage. 

De Patrice Leconte, avec Rebecca Hall, Richard Madden, Alan Rickman

2014 – France – 1h38

(Visité 2 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share