Snow Therapy

Share

Snow Therapy de Ruben Östlund ausculte au scalpel comment un couple, une famille éclate. A cause d’un rien qui pourtant signifie beaucoup, l’essentiel même.

Avalanche de reproches

Il a suffi d’une grosse coulée de neige pour que le séjour d’une famille suédoise dans une station de ski française se transforme en enfer.  Ou plutôt en une longue dissection du couple.

Tout pour être heureux

Tomas et Ebba sont mariés, père et mère de deux jeunes enfants. Pour se retrouver, puisque Tomas travaille beaucoup et a dû mal à décrocher, ils passent une semaine de ski en France dans un hôtel de luxe.

Snow therapy de Rüben Östlung - Cine-Woman

La famille et l’avalanche

Le premier jour – le film est structuré ainsi, par journée – , les relations sont un peu tendues. Sans doute faut-il leur laisser le temps de se retrouver… Le lendemain, une avalanche va bouleverser leur vie sans retour.

Une Snow Therapy au scalpel

Chaque journée qui suit cet évènement contribue alors à l’analyse des travers de ce couple. A la dissection de ce que sont devenus leurs relations homme/femme. Des reproches que l’on tait aux jugements hâtifs que l’on porte, des fautes que l’on n’avoue pas à la mauvaise foi coupable…

Snow therapy de Rüben Östlung - Cine-Woman

Toutes les tensions inévitables de la vie à deux sont analysés à la moulinette implacable de Ruben Östlung.  Un réalisateur suédois dans la force de l’âge (40 ans) et de son talent. Un miroir grossissant mais subtil de ce qui encombre nos vies à tous est à la fois très drôle (un humour froid) et pathétique.

Un père, un vrai ?

L’irresponsabilité masculine, plus que la lâcheté, y est abordée de front comme rarement au cinéma. Elle est analysée scrupuleusement, avec l’incompréhension et la mauvaise foi qu’elle engendre. Et même les dégâts qu’elle provoque sur les enfants nécessairement affectés.

Snow therapy de Rüben Östlung - Cine-Woman

Johannes Kuhnke face à lui-même

Pour servir cette dissection au scalpel, le réalisateur a choisi de procéder par touches, en se servant habilement des éléments typiques d’un séjour au ski pour mettre en scène son histoire.

Huis-clos au sommet

La montagne enneigée, une météo défavorable, l’organisation d’uns station de ski, la solitude du remonte-pente deviennent un écran idéal et suffisamment angoissant car potentiellement dangereux pour mettre en abîme une telle histoire. Et Ruben Östlung, récompensé du Prix du Jury Un Certain Regard à Cannes 2014, y parvient parfaitement.

De Ruben Östlund, avec Johannes Kuhnke, Lisa Loven Kongsli, Clara Wettergren, Vincent Wettergren…

2014 – Suède – 1h58

(Visité 4 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share