A Prince never dies

Share

Prince est, à juste titre, plus connu pour sa musique que pour ses films. Il a pourtant joué et réalisé 8 films. Enfin 3.

Prince au cinéma

Ok, il n’y a pas photo. Prince est avant tout un musicien. Mais, ceux qui l’ont connu dans les années 1980 se souviennent émus que Purple Rain est aussi un film dont il est la star et que Kiss, son morceau aujourd’hui le plus célèbre, Girls and Boys ou Sometimes, it snows in April sont dans la sound-track d’Under the cherry Moon, le premier film qu’il a réalisé en 1986.

Purple Rain, le premier grand rôle de Prince au cinéma

Purple Rain

Certes, rien d’inoubliable… mais quand même. Under the cherry Moon et Purple Rain resteront deux films que j’ai aimés aimer. Purple Rain d’Albert Magnoli qui raconte grosso modo son histoire, celle d’un musicien brillant mais nabot qui doit rivaliser contre plusieurs démons (sa vie privée, les femmes, son groupe et un concurrent qui ne fera pas le poids)  a une esthétique, un sfumato tellement 1980’s, des gros plans sur des visages aux larmes et un BO à tomber par terre intégrant des performances de Prince sur scène plutôt inoubliables. Prince en a même réalisé un prequel Graffiti Bridge en 1990 qui, en revanche, n’a pas laissé de nombreux souvenirs.

Prince charmant

Under the cherry moon, à la BO toute aussi démoniaque -que des tubes! , est plus fictionnel. Quoique! Tourné en noir et blanc, c’est une romance contrariée sur la Côte d’Azur, assez maladroite dans la réalisation, mais qui restera dans l’histoire comme le film qui révéla Kristin Scott Thomas. Elle en parlait volontiers comme d’un très bon souvenir et le début d’une amitié au long cours.

Under the cherry Moon de et avec Prince

Kristin Scott Thomas et Prince dans Under the cherry Moon

A l’époque, la rivalité avec Michael Jackson était à son apogée et quand l’un faisait réaliser ses clips par  John Landis puis Martin Scorsese, l’autre faisait des longs-métrages pour accompagner ses albums concepts.

Bad romance

Cette époque bénie comme celle des concerts aux décors déments – une ville pour celui de Prince à Bercy en 1986 avec un dress code imposé peach & black, mais ceux de Madonna, The Virgin tour ou The girl tour avec un lit qui tombait du ciel, étaient tout aussi spectaculaires – est désormais révolue mais leur audace a survécu. Prince a d’ailleurs continué à réaliser quelques documentaires ou clips pour accompagner sa musique – Sign ‘o’ the times – 8 au total, le dernier en 1994.

Graffiti Bridge de et avec Prince

Graffiti Bridge :  » ça fait peur mais Prince prétendait qu’on l’adorerait dans 30 ans ». En 2020 donc.

Enfin, on ne peut lister toutes les citations de la musique de Prince dans les BO des films (des français aussi d’ailleurs) mais on peut se rappeler qu’il a signé la BO du Batman de Tim Robin en 1989 et de Girl 6 de Spike Lee en 1996.

(Visité 49 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share