Mercuriales

Share

Errance féminine post-moderne

Deux immenses tours des années 1970 dominent l’Est parisien. Deux tours vitrées, marron, surplombent un enchevêtrement routier, celui du périph et de l’autoroute A3, de la porte de Bagnolet et d’un accès improbable au centre commercial qui est à leur pied. Deux verrues urbaines qui ne passionnent jamais les cinéastes.

Filles perdues

Sauf Virgil Vernier, une figure montante des réalisateurs français, révélé avec son film Pandore au Festival du court-métrage de Clermont-Ferrand en 2011, qui s’y est mystérieusement arrêté dans les entrailles de ces tours entêtantes et s’y est embourbé.

Les fameuses Mercuriales, porte de Bagnolet à Paris

Le film commence astucieusement par une reconnaissance des lieux. Un nouveau vigile tente d’apprendre à s’y repérer. La visite pourtant guidée est brouillonne, et il erre rapidement des tableaux électriques à la terrasse découverte sans avoir véritablement pris ses repères. Nous non plus.

Amitié féminine

Qu’importe puisqu’on le quitte presque aussitôt pour suivre deux jolies jeunes femmes qui travaillent dans la tour comme hôtesses et y scellent une amitié durable.

Les deux filles en haut des tours Mercuriales

C’est d’ailleurs la suite et le corpus du film. Il raconte cette lente déambulation de ces deux filles un peu perdues, l’une française peu farouche, l’autre moldave et plus posée, les deux cherchant à donner un sens à leur vie, des tours à une HLM de banlieue, puis à la campagne frontalière avec l’Allemagne.

Grand fracas

Cette longue errance, sans queue ni tête, représentative selon Virgil Vernier, de la modernité actuelle est donc le cœur de son propos auquel on peine à se raccrocher et qu’on comprend mal. Et pour illustrer ce mal de vivre, cette difficile construction, il compose son récit d’une succession de saynètes qui n’ont pas forcément de rapports entre elles.

Désillusion de deux jeunes héroïnes des Mercuriales

La plupart de ces scènes ne sont isolément pas dénuées d’intérêt, certaines sont mêmes joliment filmées (la visite du début par exemple) mais leur juxtaposition sans lien, sans explication, les rendent finalement gratuites, pour ne pas dire cliché quand il s’égare dans les poncifs habituels sur la banlieue.

Non-lieu, non histoire

Du coup, on finit par s’ennuyer ferme dans ce premier film, long, mal construit, où l’on perd les personnages pour mieux les retrouver parfois. On sent que Vernier a fourmillé d’idées mais en refusant de les trier, de les encadrer dans une structure narrative forte, son essai ressemble plus à une fuite en avant qu’à un film bâti sur des fondations et sensations solides.

Les trois amies désabusées de Mercuriales

Il ne parvient jamais à transmettre ces émotions, et cela malgré le charme de ses actrices. Un premier film un peu raté donc, mais dont le montage a été retravaillé depuis et que Cine-Woman n’a vu quand dans sa versions initiale. 

De Virgil Vernier avec Philippine Stindel, Ana Neborac, Annabelle Lengronne…

2014 – France – 1h48

(Visité 12 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share