Médecin de campagne

Share

Deux ans après Hippocrate, Thomas Lilti nous prescrit une deuxième ordonnance sur la médecine française actuelle et ses problèmes, en scrutant cette fois le quotidien d’un médecin de campagne. Un film hors d’âge.

Le quotidien du médecin de campagne

Ce n’est rien de dire que tout un pan de la société française échappe totalement aux cinéastes français. Par méconnaissance, sans doute, et par manque de renouvellement social de ceux s’y frottent aussi. Le quotidien du médecin en fait partie.

Francois-Cluzet-dans-Medecin-de-campagne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thomas Lilti a étudié et même commencé à exercer la médecine et se sert de ses souvenirs pour écrire des scénarios et réaliser des films. Ce qui nous avait valu, il y a deux ans, le très intéressant  Hippocrate et le fameux serment à respecter pour espérer exercer ce métier, une plongée dans l’univers de l’hôpital aujourd’hui, hiérarchisé, débordé et pas toujours enclin à considérer les docteurs formés ailleurs comme compétents. Sans être audacieux dans sa forme, le film innovait par son propos et son regard. Il a même connu un succès mérité avec près d’un million d’entrées en France.

Une prescription très attendue

Avec Médecin de campagne, Thomas Lilti nous ressert la même soupe, froide cette fois.
Un médecin à tout faire, installé en zone rurale, peine à décrocher. Il le devrait pour surveiller sa propre santé. Mais comme les cordonniers mal chaussés, il n’arrive pas à suivre ses propres recommandations. Son cancérologue lui impose alors une diplômée tardive qui tente de refaire sa vie. Une femme en plus !

Francois Cluzet dans Medecin de campagne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inutile de dire que Jean-Pierre (François Cluzet) n’accueille pas Nathalie (Marianne Denicourt) les bras ouverts tant il a dû mal à confier ses patients qui représentent bien plus que de simples malades. Il finira par s’y faire et qui sait? par tomber amoureux.

Dans l’ordre des choses 

On n’apprend pas grand-chose dans ce film pourtant démonstratif et mal structuré. Quelle idée bizarre que de le commencer par cette visite de Jean-Pierre à l’hôpital ! On comprend immédiatement qu’il ne voudra rien lâcher et que sa résistance au changement sera un des moteurs du film.
Sans suspense, sans la moindre ambiguïté sur les enjeux, le film se déroule gentiment et il suffit d’attendre le moment où contraint ou forcé, Jean-Pierre baissera la garde.

MDenicourtferme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sinon, François Cluzet est évidemment l’interprète idéal de Jean-Pierre, rassurant, sympathique mais un poil borderline, convaincu du rôle social, humain qu’il a à défendre. Le choix de Marianne Denicourt, qui jouait déjà dans Hippocrate, est plus surprenant et donne du coup un mystère plutôt bienvenu à cette médecin reconvertie sur le tard et qui fait face au bizutage que lui impose Jean-Pierre avec dignité. Du cinéma français traditionnel mais consciencieux.

De Thomas Tilti, avec François Cluzet, Marianne Denicourt, Isabelle Sadoyan, Félix Moati…

2015 – France – 1h42

© Jair Sfez

(Visité 49 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share