Les suffragettes

Share

En 1918, les Anglaises obtiennent de longue lutte le droit de vote. Un combat mené par les suffragettes. Voici leur histoire.

Rebelles plutôt qu’esclaves

Alors que les droits des femmes semblent en régression un peu partout dans le monde, même chez nous, des anglaises reviennent avec à-propos sur les suffragettes, ces militantes politiques qui ont obtenu de longue lutte (morts à l’appui) le droit de vote en Grande-Bretagne en 1918.

Les suffragettes , un mouvement populaire

Le film de Sarah Gavron revient méthodiquement sur les événements qui ont conduit à cette nouvelle législation. Il prend pour guide Maud (Carey Mulligan), une blanchisseuse fictive, lessivée par ses journées de travail mais qui, par lassitude et par conviction, va risquer son boulot, son couple, son rôle de mère pour être reconnue et traitée comme citoyenne, à l’égale d’un homme.

Carey Mulligan dans Les Suffragettes

Carey Mulligan

Au début du XXème siècle et alors que la Nouvelle-Zélande fut le premier pays à reconnaître aux femmes le droit de voter en 1893, l’Angleterre post-victorienne résiste.

Poussées à bout

D’abord érigé en combat pacifiste, le mouvement des suffragettes (terme péjoratif) bascule bientôt dans la clandestinité, sous l’impulsion de sa leader Emmeline Pankhurst (Meryl Streep), puisque ses revendications sont ignorées et ses manifestations réprimées.

Helena Bonham-Carter dans les Suffragettes

Helena Bonham-Carter

La plupart des meneuses – Edith Ellyn (Helena Bonham Carter) en tête – sont emprisonnées, nourries de force quand elles entament une grève de la faim… On leur retire leurs enfants, on les déchoit de leurs droits maternels. Ce qui radicalise encore le mouvement.

Des actes, pas des mots !

Les suffragettes commencent alors à saboter les lignes de communication, à plastiquer les maisons des dirigeants politiques… en veillant à ne jamais faire de victimes. Il faudra toutefois une action de force et la mort de l’une d’entre elle pour qu’elles finissent par obtenir gain de cause.

Carey Mulligan dans Les Suffragettes

Carey Mulligan

Comme le précise Sarah Gavron, le film est né d’une double nécessité : celle de raconter la guérilla menée par les suffragettes pour obtenir gain de cause et celle donner des rôles intéressants et de premier plan aux actrices de cinéma.

Des emblèmes

Le casting du film est, à cet égard, pertinent : à côté de Carey Mulligan les meneuses sont interprétées par Helena Bonham Carter, arrière petite fille de Lord Herbert H.Asquith, premier ministre britannique de l’époque et pire ennemi des suffragettes, et par l’américaine Meryl Streep. Elles deux crédibilisent par leur présence la pertinence de cette cause et le fait d’en faire un film aujourd’hui.

Meryl Streep dans Les Suffragettes

Meryl Streep

Fidèle dans son respect des événements, fluide dans sa narration, Les suffragettes est un film qui fera date pour son propos, parce qu’ils réparent un manque historique puisqu’aucune fiction n’a abordé le sujet aussi scrupuleusement, mais qui rate, par son classicisme scolaire, l’occasion de donner au cinéma féminin un rendez-vous avec son histoire.

La moitié de l’humanité

C’est dommage, mais pas honteux. Et cette initiative a le mérite immense de remettre au goût du jour les droits de la femme et quelques slogans particulièrement pertinents du genre « we want to be law makers », « que les filles aient les mêmes chances que leurs frères » ou « nous sommes la moitié de l’humanité!« . Des fondamentaux qu’il convient malheureusement de rappeler, parfois brutalement.

De Sarah Gavron, avec Carey Mulligan, Helena Bonham Carter, Meryl Streep, Romola Gari, Ben Whishaw…

2015 – Grande-Bretagne – 1h46

Les anglaises reviennent volontiers sur leur histoire féminine. La preuve avec We want sex equality de Nigel Cole ou Oh my god ! de Tanya Wexler

(Visité 18 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share