Hannah Arendt

Share

De Margarethe von Trotta

En 1961, Israël décide de juger Adolf Eichmann, le criminel nazi accusé d’avoir organisé la déportation de millions de juifs européens durant la seconde guerre mondiale et donc de les avoir conduit à la mort. A l’époque, Hannah Arendt est une philosophe déjà célèbre pour avoir écrit « Les origines du totalitarisme ». Elle est installée à New York après avoir fui l’Allemagne puis la France, où elle a été internée dans un camp.

La banalité du mal

Enseignante à l’Université, bien intégrée dans la sphère intellectuelle new-yorkaise, elle propose au magazine Le New Yorker d’aller à Jérusalem suivre le procès Eichmann. Ainsi confrontée au premier nazi qu’elle prétend avoir rencontré (sans lui parler toutefois), elle sort de cette expérience une théorie fondamentale, celle de la banalité du mal.

Hannah Arendt et ses amis intellectuels new-yorkais dans le film de M von Trotta Elle met en évidence qu’Eichmann n’aurait été qu’un rouage sans personnalité dans un système auquel il n’a fait qu’obéir, le mieux possible, sans se poser plus de questions. Un être médiocre, sans autre envergure que sa soumission totale, sans réflexion personnelle à un système meurtrier dans les grandes largeurs. La position d’Hannah Arendt donne lieu à une immense polémique. Une partie de son entourage intellectuel ou familial (Hannah Arendt est juive) se détourne d’elle tandis que ses cours à l’Université ne désemplissent plus.

Les archives au service de la fiction

Personnalité fondamentale de la pensée du XXème siècle, Hannah Arendt méritait bien un film et celui que Margarethe von Trotta lui consacre est passionnant (même s’il n’est pas exempt de défauts). D’abord, parce qu’il est compréhensible par tous que l’on soit ou non familier des théories d’Hannah Arendt. Ensuite, parce qu’il se focalise sur une période intense mais restreinte de la vie de la philosophe, les quatre années déterminantes qui furent celles du procès Eichmann et de sa suite.

Hannah Arendt fumant dans le film de M von Trotta

Seuls quelques flashbacks, pas toujours très habiles d’ailleurs, reconstruisent vite fait le parcours et les influences d’Hannah Arendt jeune, notamment son amour de jeunesse pour Martin Heidegger, grand philosophe mais adhérent précoce au parti nazi. Enfin, parce que le film, bien que focalisé sur le procès et la manière dont cette femme va se l’accaparer, tente de décrire, de raconter cette femme dans son intégralité, c’est-à-dire dans son quotidien de femme amoureuse, sensible, entourée d’ami(e)s, bref d’une femme pleine de vie et que sa vie nourrit.

L’autre prouesse, pour expliquer justement comment la pensée d’Hannah Arendt va se constituer lors du procès, est justement d’avoir choisi d’utiliser les images d’archives du procès Eichmann et de les confronter à Barbara Sukowa, l’actrice qui interprète Hannah Arendt (avec brio d’ailleurs), immisçant ainsi le documentaire au sein de la fiction. Ainsi comprend-on facilement comment la pensée se construit dans la tête de la philosophe, ce qui permet donc y adhérer pleinement.

Un vrai film de femme

Quelques bémols : le film est somme toute assez bavard et souvent dans une atmosphère jaunâtre, verdâtre, tabac quoi, qui d’emblée le met hors du temps. C’est dommage car montrer aujourd’hui encore en quoi la théorie d’Hannah Arendt reste pertinente, applicable à nos sociétés (le fameux responsable mais pas coupable du sang contaminé n’en est-il pas une pure illustration ? ) aurait été un plus non négligeable.

A noter enfin : Hannah Arendt est un vrai film de femmes sur une femme remarquable. Outre la réalisatrice, Margarethe von Trotta, les responsabilités de l’équipe ont été portées par des femmes : le scénario a été confié à Pam Katz et à Margarethe von Trotta, la production à Bettina Brokemper, l’image à la chef opératrice Caroline Champetier, le montage à Bettina Böhler et la distribution française est assurée par la société de Sophie Dulac. C’est suffisamment rare pour être souligné.

Avec Barbara Sukowa, Axel Milberg, Janet McTeer, Julia Jentsch

2013 – Allemagne/France – 1h53

(Visité 10 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share