Sous la ville

Share

La note Cine-Woman : 4/5

d’Agnieszka Holland

En 1944, en pleine épuration du ghetto de Lvov, une ville de Pologne, un groupe d’une dizaine de juifs fuient par les égouts. Ils espèrent y trouver un refuge temporaire mais sont aussitôt débusqués par Leopold Socha, l’employé de la ville chargé de surveiller ce réseau souterrain. La présence de ces juifs le dérange. Car, si Leopold est père de famille et employé modèle, il organise en sous-sol des petits trafics clandestins. Pourtant, il ne va pas tarder à être touché par le sort de ces malheureux et va, à ses risques et périls, organiser leur survie, même quand ceux-ci n’auront plus d’argent pour le payer…


On pensait avoir tout vu, tout lu sur la Shoah. Mais, cette histoire vraie est aussi bouleversante qu’intéressante. D’abord, parce que la réalisatrice, Agnieszka Holland a mis toute sa science à décrire ces individus avec leurs qualités, bien sûr, mais aussi avec leurs défauts. Leopold est ambivalent, d’abord dérangé dans ses trafics, puis intéressé par l’argent qu’il peut tirer de la situation et finalement parfaitement humain. Les juifs, eux non plus, ne sont pas décrits de manière manichéenne : ils ne sont ni bons, ni mauvais, les maris trompent leurs femmes, les autres abandonnent leurs prochains, certains protègent égoïstement leurs biens etc… Bref tout le panel de l’être humain, exacerbé par cette situation extrême, est mis en évidence. Et cette richesse n’est pas la moindre qualité de ce film éprouvant.

Ensuite, il faut être sacrément bon réalisateur, bonne réalisatrice en l’occurrence, pour réussir à maintenir sans relâche l’intérêt du spectateur sur un tel film. Parce parvenir à tenir en haleine en filmant quasiment 2h25 dans les égouts, dans le noir presque complet tout en réussissant à communiquer l’angoisse, la puanteur, l’humidité constante est une prouesse extraordinaire. Tellement réussie, qu’en comparaison, la fin particulièrement rapide et courte semble totalement irréelle et irréaliste. Malgré cela, Sous la ville reste un grand film.

Avec Robert Wieckiewicz, Benno Fürmann, Herbert Knaup, Kinga Preis, Agnieszka Grochwska..

2011 – Allemagne/Pologne/ Canada – 2h25


(Visité 4 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share