Je suis un soldat

Share

Quand Louise Bourgoin change de registre et devient l’héroïne d’un drame social sur fond de trafic d’animaux, ça donne Je suis un soldat, le premier long métrage de Laurent Larivière.

Aux abois

Quand Sandrine (Louise Bourgoin) revient vivre chez sa mère, elle est aux abois. Plus de boulot, plus d’appartement… Mais, sa mère héberge déjà sa soeur, son mari et leur fille et ne roule pas sur l’or.

Une Louise Bourgoin inédite

Heureusement, un oncle a pris l’habitude de veiller sur la famille. Il gère un immense chenil et a besoin d’aide. Sandrine commence à travailler pour lui et ne tarde pas à découvrir ses méthodes véreuses. Mais, peut-elle seulement se révolter?

Louise Bourgoin dans Je Suis un soldat

Louise Bourgoin

Louise Bourgoin comme vous ne l’avez jamais vue. On a souvent l’habitude de survendre les prestations des comédiens. Mais, là, Louise Bourgoin donne à voir une nouvelle facette d’elle-même. Peut-être pas la plus séduisante mais sans doute la plus naturelle, la moins sophistiquée.

Dilemne : Je suis un soldat, oui ou non? 

Pauvre, sans maquillage et pas franchement ni sexy, ni bien habillée, elle garde une présence réelle nécessaire puisqu’elle porte littéralement le film sur ses épaules, avec un personnage vertueux mais contraint. Sans fard, on perçoit mieux son jeu et elle s’en sort plutôt bien face à un Jean-Hugues Anglade dont on n’ arrive jamais à savoir si c’est une vraie crapule ou pas.

Je suis un soldat

Louise Bourgouin et Jean-Hugues Anglade

On comprend donc assez vite que si elle accepte cette solution présentée comme miraculeuse pour se sortir de la mouise, Sandrine le paiera au prix cher. C’est le cas, sans surprise donc. Mais son cheminement reste intéressant, pas assez haletant toutefois pour être sidérant.

Vertu versus trafic

Je suis un soldat est typiquement un film bien fait, consciencieusement construit et filmé, dont il ne faudrait pas changer grand chose pour qu’il soit impeccable.

Je suis un soldat

Jean-Hugues Anglade et Louise Bourgoin

Reste à savoir si on prend vraiment plaisir à aller voir cette histoire de résurrection, des difficultés à se sortir d’une situation jouée d’avance. On sait que le prix en sera fort et que, comme souvent, la malhonnêteté paie plus que la vertu, mais que la liberté et le fait de se regarder dans la glace n’ont eux aucun prix.

De Laurent Larivière, avec Louise Bourgouin, Jean-Hugues Anglade, Anne Benoît, Laurent Capelluto…

2015 – France – 1h37

Le film était présenté à Un Certain Regard au Festival de Cannes 2015

© Christophe Brachet – Mon Voisin Productions

(Visité 13 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share