Interstellar

Share

Dans l’espace-temps

Dans un futur proche, la terre, c’est-à-dire les Etats-Unis, sera devenue inhospitalière pour les humains. Ils auront du mal à y vivre, ensevelis régulièrement par de violentes tempêtes de poussière, à s’y nourrir surtout puisque les cultures s’anéantissent les unes après les autres. 

Dans un au-delà

Cooper (Matthew McConaughey) sait doublement de quoi il parle. Non seulement c’est un ancien pilote et ingénieur, au top des technologies les plus pointues, mais il s’occupe avec son beau-père et ses deux enfants, d’une ferme. 

Mackenzie Foy (Murphy) et Matthew McConaughey (Cooper), père et fille

Avec sa très brillante fille, Murphy (10 ans), il découvre et décrypte, un jour, d’étranges coordonnées qui vont le mener très loin des siens, de nous, à la découverte d’un zone spatiale inexplorée où la vie pourrait peut-être renaître comme sur la terre. Interstellar raconte son odyssée à travers ce vaste espace-temps. 

L’anti-Gravity

Rien à voir avec Gravity qui signait pourtant le regain d’intérêt d’Hollywood pour la science-fiction haut de gamme. Chez Christopher Nolan (Inception), le scénario qui a pourtant quelques défauts, est loin d’être simple ou simpliste. Sa singularité tient d’ailleurs aux nombreux allers-retours entre la terre et l’espace où Cooper est embarqué avec quelques comparses, alors qu’il a laissé sa famille ici-bas.

Matthew McConaughey est Cooper

Dans Interstellar, l’ambition est plus haute. La menace qui pèse concerne l’humanité toute entière, pas seulement une équipe de scientifiques perdue en apesanteur. La mission du héros a donc une autre envergure : il s’agit tout bonnement de sauver le monde, ou plutôt de trouver une autre planète où la race humaine pourrait s’épanouir et se multiplier.

Passation

Evidemment, alors que Cooper ne sait pas trop dans quelle galère il s’embarque, les variations de l’espace-temps entre la terre où vit sa famille qui l’attend et le trou noir et ses environs où il voyage, vont donner à cette relation familiale une couleur spéciale, intéressante et finalement assez inattendue. 

Interstellar, dans l'espace le froid peut être intense

En revanche, les différentes étapes qu’il subit avec ses comparses et qui sont pourtant la partie la plus spectaculaire de son odyssée, sont moins passionnantes. On taira les rencontres et les trahisons pour laisser au spectateur la joie de les découvrir.

Le moment où…

Mais certains passages, outre la beauté impressionnante des lieux et des images – en deça toutefois de celles de Gravity, où le spectateur avait lui-même l’impression d’être en apesanteur, ce qui n’est jamais le cas ici – frisent le ridicule. Comme cet attachement sacro-saint à une famille idéalisée. 

Jessica Chastain est Murphy, adulte, la fille de Cooper

Evidemment aussi, puisqu’on est chez Nolan, il y a toujours un moment où l’histoire devient incompréhensible, où une succession de termes techniques ou d’actions venues de nulle part, plombent littéralement l’aventure. Mais, ici, il finit par retomber sur ses pattes, malgré une diversion en terre gelée malheureuse. 

A ces incohérences près – ne jetez pas vos montres à aiguilles, elles continueront à servir! , Interstellar a le mérite infini de jouer à la fois avec l’espace et le temps, de confier l’intelligence et la compréhension de ce monde sans limite à une femme. En cela, il donne une dimension quasi inédite à la science-fiction. Pas si mal… 

De Christopher Nolan, avec Matthew McConaughey, Anne Hathaway, Jessica Chastain… 

2014 – Etats-Unis – 2h50

©2014 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC. AND PARAMOUNT PICTURES CORPORATION

(Visité 6 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share