Evolution

Share

Dans son troisième film, Evolution, Lucile Hadzihalilovic interroge la maternité et questionne une nouvelle fois la féminité. A sa façon : étrange, irréelle et sans morale.

La toute puissance des mères

Dans les superbes et volcaniques paysages de Lanzarote, où des montagnes noires, sans végétation tombent à pic dans un océan limpide, de jeunes garçons d’une dizaine d’années jouent. Et certains disparaissent.

evolution-meres

 

 

 

 

 

 

 

Élevés par des mères seules, blafardes, toutes vêtues de la même façon, ces garçons pré-pubères sont bientôt enfermés dans un hôpital de l’île pour y subir un drôle de traitement. Pendant ce temps, leurs mères semblent absentes. Ou pire, consentantes. Rares sont ceux qui s’y opposent. Nicolas est de ceux-là et c’est donc lui qui nous guide dans les méandres de cette Evolution, une histoire d’anticipation.

Une Evolution magnifiée et mystérieuse

Au contraire de l’étrangeté et de l’univers visuel du film, absolument magnifique et magnifiée par sa caméra, la narration n’a jamais été ni le fort, ni la préoccupation de Lucile Hadzihalilovic.

evolution-maisons-blanches

 

 

 

 

 

 

 

A vrai dire, peu lui importe qu’on comprenne les tenants et les aboutissants d’une histoire dont il faut retenir qu’elle interroge à la fois la puissance des bouleversements biologiques de l’adolescent, qui les subit sans les analyser, et surtout la maternité non dans son aspect psychologique mais dans son expression littérale : donner la vie.

evolution-infirmiere

 

 

 

 

 

 

 

Promenade crépusculaire dans un environnement austère mais de toute beauté, sublimé par une direction de la photo plus que parfaite, cet ovni magnifique pose donc bien plus de questions qu’elle n’apporte de réponse – il en faudrait quelques unes pour qu’on adhère à 100%, selon la règle que trop de mystères tue le mystère. Mais, Lucile Hadzihalilovic donne la preuve qu’elle est une des réalisatrices françaises les plus singulières, les plus originales et sans doute une des plus douées.

De Lucile Hadzihalilovic, avec Max Brébant, Roxane Duran, Julie-Marie Parmentier…

2015 – France – 1h21

© lesfilmsduworso -potemkinefilms

(Visité 30 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share