Dallas Buyers Club

Share

L’Amérique ordinaire

Jean-Marc Vallée aime les destin forts de personnes ordinaires. Dans « C.R.A.Z.Y », son deuxième film, celui qui l’a fait connaître, il suivait un jeune garçon qui peinait à trouver sa place dans une fratrie écrasante et auprès d’un père envahissant.

La vie envoie des épreuves

Dans « Café de Flore » avec Vanessa Paradis, il s’intéressait à une femme dont la vie prenait du sens auprès de son enfant trisomique. Ici, pour son premier film américain, il suit à la trace Ron, un cow boy de Dallas pas dégrossi, qui apprend le respect des autres et la tolérance quand il découvre qu’il a le Sida.

Matthew McConaughey est un cow boy

Sans subtilité aucune, Ron tombe littéralement de sa selle quand il apprend qu’il est séropositif et qu’il ne lui reste que 30 jours à vivre. Quoi, lui, le mec viril qui buvait sa bière au comptoir et s’enfilait joyeusement des putes au fond de son mobile home, aurait la maladie des PD !

Le flou du fléau

On est en 1985 et personne n’a encore vraiment cerné le sida. On tâtonne sur les traitements, l’AZT a plus d’effets secondaires que bénéfiques. Et Ron va justement profiter de ce flou pour tester de nouvelles thérapies.

Jennifer Garner, médecin qui doute dans Dallas Buyers Club

Grâce à elles, il tiendra 7 ans avant de rendre l’âme et prolongera la vie de nombreux infectés par le virus, la plupart issue de la communauté gay qu’il exécrait quelques années auparavant. Et puis, il va lutter contre les administrations américaines et les laboratoires pharmaceutiques pour les contraindre à améliorer les traitements.

Pauvre type

Voilà typiquement un film qui n’aurait jamais pu être tourné en France. Parce que ce genre de héros n’existe pas ou n’est pas glorifié chez nous, parce que lutter contre les autorités est à peu près sans issue ici, parce que remettre en cause l’ordre des choses en se faisant de l’argent est d’une immoralité inacceptable.

Jared leto et Mathhew mcConaughey

Ron est un péquenot et la leçon de vie qui lui est servie, il la prend par hasard. Qu’importe… Lui veut vivre et à n’importe quel prix. En fait, tout ce qu’il fait pour les autres, il le fait d’abord pour lui, juste pour ne pas crever. Un parfait anti-héros, en somme, antipathique. Mais, c’est justement ce qui est intéressant dans le film, un peu comme l’était Erin Brokovitch à son époque. Ils n’ont rien pour eux, on s’en détournerait si on les croisait mais ils vont changer le monde.

La vertu de l’opportunisme

Mais, c’est aussi la limite du sujet du film. Quel crédit leur apporter puisqu’ils n’avaient aucune ambition et aucun atout pour y arriver. Et c’est incontestablement ce qui nous met mal à l’aise : on n’y croit pas, on aimerait adhéré à la cause de Ron mais son opportunisme à tout prix nous détourne constamment de lui. Et non, Ron, la fin ne justifie pas tous les moyens !

Jared Leto, génial dans Dallas Buyers Club

Dallas Buyers Club est un des super favoris des prochains Oscars. Peut-être que Matthew McConaughey, qu’on a revu récemment dans Muds, raflera la statuette. Il se met en danger comme jamais dans ce rôle, devenant au fil des scènes un cadavre ambulant d’un maigreur effrayante. Pourtant, son jeu reste un peu linéaire, comme dans Muds, un peu gouailleur, un peu racoleur et finalement un peu trop travaillé, don faux pour être honnête.

Super Leto

Je préfère de loin l’interprétation sur le fil de Jared Leto, lui aussi maigrissisme qui impose le charisme de son personnage, sans jamais en faire trop.

De Jean-Marc Vallée, avec Matthew McConaughey, Jennifer Garner, Jared Leto

2013 – Etats-Unis – 1h57

copyright-Dallas-Buyers-Club-LLC-2013

(Visité 1 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share