Brooklyn

Share

Souvent, le cinema s’est intéressé à l’immigration vers l’Amérique. Rarement en traçant le parcours d’une jeune femme. Brooklyn de John Crowley comble avec sensibilité ce manque, brillamment interprété par Saoirse Ronan.

Un avenir américain à Brooklyn

Dans les années 1950, Rose, une jeune femme d’Enniscorthy, dans la campagne irlandaise,  sacrifie son avenir pour en offrir un à sa jeune sœur Eilis. Puisque celle-ci n’a ni prétendant, ni travail au village, Rose négocie pour elle son immigration aux Etats-Unis, à Brooklyn, là où débarquent tous les Irlandais.

Brooklyn-glace

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eilis, la mort dans l’âme, se décide à quitter son pays, sa mère, sa sœur pour tenter, seule, l’aventure américaine. Les premiers temps sont difficiles, mais elle s’applique à se faire une raison. Après un travail, un logement, une paroisse, elle finit par rencontrer un jeune italien qui lui permet, enfin, d’entrevoir un avenir à New York.

Brooklyn-bureau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un drame la rappelle en Irlande. Et alors que rien ne l’avait retenue là auparavant, son séjour américain en fait l’objet de toutes les convoitises : elle trouve du travail et un riche héritier local se rapproche d’elle. Mais peut-elle encore choisir?

L’émigration féminine

Si l’émigration aux Etats-Unis a déjà fait l’objet de multiples films ( America, America d’Elia Kazan, Gangs of New York et presque toute la filmographie de Scorsese…), peu se sont intéressés aux destins de ces femmes qui ont fui la famine et la pauvreté.

Brooklyn-plage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prise en étau entre deux pays, deux hommes, deux désirs, deux avenirs, la très sage Eilis doit faire face à un véritable choix de vie.
De ce dilemme, John Crowley, auteur de l’intéressant Boy A, tire un portrait extrêmement sensible d’une héroïne tiraillée entre deux voies qui l’attirent chacune à leur façon. Pour cela, il s’appuie sur le roman de Colm Toibin qui a lui aussi connu le même destin.

Formidable Saoirse Ronan

Dramatique, bien écrit, sensible et jamais démonstratif, il parvient à tenir sur le fil de la subtilité le destin de cette héroïne qui aurait pu être mièvre mais à qui la jeune Saoirse Ronan, justement nommée à l’Oscar pour ce rôle, donne un relief contrasté et une étoile non feinte.

De John Crowley, avec Saoirse Ronan, Domhnall Gleeson, Emory Cohen, Jim Broadbent, Julie Waters…

2015 – Canada/ Irlande/ USA – 1h53

(Visité 39 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share