Borgman

Share

Bizarre boîte à fantasmes

Voilà un des films en Sélection Officielle lors du Festival de Cannes 2013 que Cine-Woman attendait avec impatience. Alex van Warmerdam a une entrée fracassante dans le cinéma dans les années 1990 avec deux films très originaux  « Les habitants » en 1992 et « La robe et l’effet qu’elle produit sur les femmes qui la portent et les hommes qui la regardent » en 1996. Tout un programme. C’est vrai que depuis, ses films étaient moins intéressants mais le savoir à nouveau dans le plus prestigieux des festivals semblait de bonne augure.

Mal pensant

 » Borgman » commence là encore de manière radicale. Un prête et ses acolytes partent littéralement déterrer des hommes qui vivent sous terre. L’un d’eux cherche refuge dans une villa très cossue, où après un accueil percutant, il est finalement recueilli. Dire qu’il sème le désordre dans la vie très rangée et très bourgeoise de ses hôtes est un euphémisme… et on perçoit très vite que les choses vont rapidement mal tourner.
 


Jan Bijvoet et Hadewych Minis dans Borgman
 
En s’invitant à la table des fantasmes non assouvis de la femme, de la mère de cette famille impeccable, il va bousculer sans aucune limite l’ordre établi. Inutile d’en savoir plus car la puissance du film tient plus à la manière très particulière, à la fois distanciée et étrangement absurde dont cette invasion est racontée. Alex van Warmerdam se moque du conformisme de la société néerlandaise et de l’ennui auquel il conduit inévitablement. 


Mise en scène radicale

Il le fait radicalement, sans concession en filmant frontalement et de manière très froide, sans aucune émotion apparente. Sa mise en scène est comparable à l’architecture de la maison du film, où ce quasi huis clos prend corps. Carrée, froide, pure et en béton brut. Une telle maîtrise n’empêche pas le chaos loin de là ! Mais, justement, en ne se tenant qu’à cette critique au vitriol des conventions bourgeoises, le propos de son film reste un peu vain. C’est dommage. On a plus l’impression d’assister à un exercice de style qui nous tient à distance qu’à un film qui nous emporterait totalement.

Avec Jan Bijvoet, Hadewych Minis, Jeroen Perceval, Sara Hjort Ditlevsen

2013 – Pays-Bas – 1h53
 
Les autres sorties du 20 novembre traitées par cine-woman :
(Visité 3 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share