Berlinale 2018 – Jour 1

Share

A quoi ressemble la vie d’une festivalière? Pour une fois, Cine-Woman raconte par le menu ses quatre jours à la Berlinale 2018. Jour 1, c’est parti !

 Weinstein, Canada et crustacées

Jusqu’ici l’idée ne m’était jamais apparue pertinente. Rien ne ressemble plus à une journée de festival que la précédente où la suivante. Souvent, elle se résume à ça : des films, des rencontres, une soirée.

Cette Berlinale 2018 s’annonce différente. D’abord, Je n’y passe que quatre jours pleins du samedi 17 au mardi 20 février au soir. De plus, mon planning plus varié que d’habitude. Je peux y ajouter des réunions, des brainstormings et même une sorte de colloque (lundi après-midi). Difficile de rater ça! Jour 1, première donc !

Berlinale 2018 - Jour 1 - Cine-Woman

Une des affiche colorée de la 68 ème Berlinale

Un festival, c’est aussi des vérités qu’il est bon de rappeler. Dans un festival, on dort peu. Lever 5h ce matin pour attraper l’avion et coucher 1h en tapotant sur l’ordinateur.

Vérités vraies

Passons sur les détails pratiques, pour asséner une deuxième vérité vraie : on gagne toujours à sortir de chez soi. Un de mes voisins, dans l’avion, était producteur. Quand l’hôtesse a renversé le café sur le scénario qu’il était en train de lire, j’ai entamé la conversation. Pour apprendre qu’il travaillait depuis cinq ans sur un projet de documentaire sur les réalisatrices de cinéma. Les bloquages se sont levés à l’automne dernier (merci l’affaire Weinstein) : il devrait avoir bouclé le financement pour débuter le tournage à l’automne. Enfin, le sujet des femmes dans le cinéma devient bankable!

Je file aux accréditations et salue l’organisation allemande. Impossible de comprendre pourquoi (moins de festivaliers, plus de salles, moins d’enjeu qu’à Cannes ?) mais en arrivent 10 mn à peine avant le début de la projection le film de Christian Petzold, Transit, pourtant allemand et en compétition, un samedi, je suis très bien placée et sans stress. Le seul problème: la qualité de la sélection berlinoise, pas au niveau d’un aussi grand festival.

Drôle de compèt

Petzold c’est un nom certes, au moins en Allemagne, mais son film est raté, factice. On n’y croit pas une seconde à cette histoire et on ne comprend rien aux mélanges des époques. Pendant tout le film, on se demande : pourquoi le Mexique? Ils parlent allemand les Marseillais ? D’habitude, dans les films, ce sont eux les méchants non? Pourquoi deviennent-ils réfugiés? Pourquoi Montréal? (ça, on va le découvrir plus tard).

Berlinale 2018 - Jour 1 - Cine-Woman

Eva de Benoît Jacquot prend l’eau

Deuxième film du jour : Eva de Benoît Jacquot, lui aussi en compétition, et là encore d’un niveau très moyen, peut-être pire. Là, on ne se pose même plus de question ! Juste quelques réflexions : « tiens, il a tourné les premières scènes dans l’appartement mythique du Dernier Tango à Paris ! Ah, Gaspard Ulliel n’a qu’une fossette et de jolis yeux bleu profond. Isabelle Huppert est la seule grand-mère que je connaisse capable de jouer les putes en restant crédible. D’ailleurs, on ne la voit jamais passé à l’action : elle prend des bains, brasse des billets et puis, elle fait ça par amour. Et cette jolie blonde au visage symétrique, je l’ai déjà vue dans quoi déjà? » Bref, on s’ennuie et mon voisin a beaucoup ronflé.

Name dropping

En sortant d’Eva, je tombe sur la fine fleur de la critique française venue à Berlin. Xavier Leherpeur et Thomas Aidan de la Septième Obsession sont verts parce que j’ai eu un sac rouge et eux un gris. Puis sur Frank Finance-Madureira de French Mania, qui lui fat partie du jury Teddy Award, remis aux meilleurs films LGBT toutes sélections confondus. Il a lui même créé l’équivalent à Cannes, la Queer Palm. Toujours cool de rencontrer des collègues et d’échanger sur le sens de la vie…

Berlinale 2018 - Jour 1 - Cine-Woman

La coupole, rouge forcément, de l’Ambassade du canada à Berlin

La journée est loin d’être finie. Rentrer, écrire des articles, les mettre en ligne, organiser ses journées, préparer ses réunions – et encore je ne fais pas d’interviews cette année ! – voilà qui prend du temps, beaucoup de temps… J’arriverai donc avec une bonne demie-heure de retard à la soirée Canada in Berlin à laquelle je me demande bien pourquoi et comment j’ai été invitée. J’ai même hésité à y aller, mais l’idée de visiter une nouvelle ambassade – je n’en ai jamais vu autant qu’à Berlin, un des intérêts à faire un festival de cinéma dans une capitale – me tente.

Le Canada, mon eldorado

Ca commence mal. Non seulement c’est loin, il fait frais (pas tout à fait froid) et il y a une demie-heure de queue respectueuse pour entrer. Et on est doublement chez des anglo-saxons, donc pas question de resquiller.

Les organisateurs ont l’idée amusante de distribuer une sorte de vin chaud-root beer pour faire patienter. Je n’essaie même pas, en me demandant qui je vais bien pouvoir connaître à cette soirée.

Berlinale 2018 - Jour 1 - Cine-Woman

Une demie-heure de queue devant l’Ambassade du Canada et de la root-beer à disposition

Pendant l’attente, je parle à mon voisin qui a l’air de trouver mes questions agressives – Are you Canadian? no ! ok… – et finis par avoir accès à un « parté » sympa (comme disent les Québécois), à un badge orné d’un orignal, à du vin ontarien, de la bière pale ale – il y a même une version au concombre- , à du saumon vapeur succulent, de la soupe au homard à tomber, à des petites huîtres de Nouvelle Ecosse étonnantes et à du gâteau salé au chocolat noir délicieux.

Berlinale 2018 - Jour 1 - Cine-Woman

Sublime baiser de The green fog du canadien Guy Maddin

Je parle houmous avec une réalisatrice libanaise qui lui dédie un documentaire qu’elle tourne en Espagne, suis invitée à aller prier demain pour le cinéma canadien (si, si) et finis par tomber sur mon ami, le producteur Pierre Even que je croise d’habitude une fois par an à Cannes.

My Winnipeg aussi

Il est débordé comme d’habitude et me laisse aux bons soins de Nicole, la directrice générale d’On screen Manitoba, une habitante de Winnipeg mariée à un Français. On parle de Guy Maddin, dont The green Fog est présenté mardi dans la section Forum, de son superbe My Winnipeg, de Sean Garrity (un vieux copain) et elle finit par m’inviter à Winnipeg, l’hiver prochain. Parce que Winnipeg est une expérience d’hiver (pas de saison douce).

Berlinale 2018 - Jour 1 - Cine-Woman

Une feuille d’érable, un orignal et un poil d’humour: Mon canada !

Je finis par repartir avec mon pett cadeau (une paire de gants en laine- ils ont tellement d’humour ces Canadiens) vers mon hôtel (génial), des étoiles et des souvenirs pleins les yeux. En  me disant que, finalement, le Canada ne m’a jamais déçue. Vous confiez pourquoi serait trop long ce soir et trop intime, mais j’ai enfin la réponse à pourquoi Montréal? dans Transit (pour ceux qui suivent). Parce que !

C’en est fini du Jour 1. A demain pour le Jour 2

(Visité 59 fois, 1 visite(s) aujourd'hui)
Share